BELGIQUE:

Le Premier ministre Alexander De Croo a condamné jeudi l'attentat perpétré à Nice.

"Mes plus sincères condoléances aux familles des victimes de l'attentat de Nice. Notre pays condamne avec la plus grande fermeté toute forme de terrorisme et de violences extrémistes. Nous sommes encore plus déterminés à protéger nos valeurs et nos libertés", a-t-il déclaré sur Twitter.

L'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) et le Conseil de Coordination des Institutions Islamiques de Belgique (CIB) expriment d'une même voix "leur profonde consternation face à la tragédie qui touche à nouveau la France". Jeudi, un jeune homme a tué trois personnes dans une église à Nice et un vigile du consulat français à Jeddah, en Arabie saoudite, a également été victime d'une attaque. "L'EMB et le CIB condamnent ces attaques avec la plus grande fermeté", indiquent-ils dans un communiqué conjoint. Ils présentent leurs condoléances aux familles et aux victimes, et "adressent leurs prières de soutien à l'ensemble du peuple français".

"En ces jours sombres, l'EMB et le CIB appellent plus que jamais à l'unité et à la solidarité entre toutes les composantes de la société."

ROYAUME-UNI:

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit "sous le choc" après cette "attaque barbare", dans un tweet en français.

"Le Royaume-Uni est aux côtés de la France pour lutter contre la terreur et l'intolérance", a-t-il écrit.

VATICAN:

Le Vatican a affirmé que "le terrorisme et la violence ne peuvent jamais être acceptés".

"C'est un moment de douleur dans une période de confusion", a indiqué le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, précisant que le pape François "prie pour les victimes et leurs proches".

UNION EUROPEENNE:

L'Union européenne a affiché sa "solidarité" avec la France et appelé à l'union contre "ceux qui répandent la haine".

"Toute ma solidarité avec la France (..). Toute l'Europe est avec vous", a twitté le président du Conseil européen, Charles Michel.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a affirmé pour sa part que "l'Europe toute entière est solidaire avec la France". "Nous restons unis et déterminés face à la barbarie et au fanatisme", a-t-elle ajouté sur Twitter.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a appelé les Européens à s'"unir contre la violence et ceux qui cherchent à inciter et à répandre la haine".

ESPAGNE:

"Nous continuerons à défendre la liberté, nos valeurs démocratiques, la paix et la sécurité de nos concitoyens. Unis face à la terreur et à la haine", a affirmé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

ITALIE:

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a dénoncé "une vile attaque", qui cependant "n'ébranle pas le front commun en défense des valeurs de liberté et de paix. Nos certitudes sont plus fortes que le fanatisme, la haine et la terreur", a-t-il écrit sur Twitter.

TURQUIE

La Turquie a "fermement" condamné l'attaque "sauvage" de Nice, mettant de côté les vives tensions entre Ankara et Paris pour exprimer sa "solidarité".

NORVEGE

La Première ministre norvégienne Erna Solberg, "horrifiée", a appelé "les dirigeants politiques et religieux du monde musulman à rejeter l'extrémisme et à protéger la liberté d'expression".

LIBAN:

Le Premier ministre libanais désigné Saad Hariri a exprimé sa "condamnation et (sa) désapprobation les plus vives de l'odieuse attaque criminelle".

"Tous les musulmans sont appelés à rejeter cet acte criminel qui n'a rien à voir avec l'islam ou le prophète", a-t-il écrit sur Twitter.

EGYPTE:

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a affirmé que l'Egypte "se tient aux côtés de la France dans la lutte" contre ce type de crime "de haine".

Le grand mufti d'al-Azhar Ahmed al-Tayeb a dénoncé un "acte de haine et de terrorisme" qui est "contraire aux enseignements de l'Islam".