Ce mardi, après six jours d'invasion russe en Ukraine, le musée Grévin, situé à Paris, a décidé de retirer la statue de Vladimir Poutine de son exposition. 

"Aujourd'hui, ce n'est plus possible pour nous de présenter un tel personnage sur le parcours. Ce weekend, il a subi quelques assauts de nos visiteurs. Il était pas mal dépeigné, un petit peu agressé, explique Yves Delhommeau, directeur général du musée Grévin à nos confrères de France Bleu. "Et puis, compte tenu de ce qu'il s'est passé, notre personnel et nous-mêmes n'avions pas envie de passer devant tous les matins, de le recoiffer, de lui refaire une beauté. Pour la première fois dans l'histoire du musée Grévin, on a donc décidé de retirer un personnage lié à des éléments historiques comme il s'en produit en ce moment."

Fabriquée en 2000, la statue du président russe avait été détruite en 2014 avant d'être reconstituée. 

Entre Joe Biden et Xi Jinping, respectivement présidents des Etats-Unis et de la Chine, la place de Vladimir Poutine est donc inoccupée depuis ce mardi. 

Mais le musée ne semble pas enclin à la laisser vide longtemps. "Peut-être que le président Zelensky, qui réagit de façon héroïque, prendra sa place. Il devient un tel héros d'avoir résisté, de ne pas avoir fui son pays. Donc il pourrait parfaitement avoir sa place au musée Grévin parmi les grands Hommes de l'Histoire et les grands Hommes actuels", a encore commenté le directeur du musée. 

Et pour ce qui est des chances de revoir rapidement Vladimir Poutine dans le musée parisien, elles sont, au vu des récents événements, plutôt maigres. "Il faudrait que l'Histoire bifurque rapidement pour qu'il puisse revenir", conclut Yves Delhommeau.