Monde

Le Parlement ukrainien a voté samedi une résolution fixant au 25 mai prochain une élection présidentielle anticipée au motif que le président "ne remplit plus ses fonctions", selon des images retransmises par la télévision.


Reynders plaide pour une "application correcte et rapide" de l'accord

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a plaidé samedi pour une "application correcte et rapide" de l'accord que le président Viktor Ianoukovitch et les dirigeants de l'opposition ont signé vendredi en vue de mettre fin à la crise politique en Ukraine. Il a également plaidé pour que l'Union européenne supervise la mise en œuvre de celui-ci. "Nous demandons une application correcte de l'accord et une véritable vérification, avec une présence européenne renforcée sur place", a indiqué Didier Reynders samedi vers midi, en marge d'un voyage pour l'Iran. Le ministre se rendra à Kiev le 10 mars prochain en compagnie de ses homologues luxembourgeois et néerlandais.

La mise en œuvre correcte et rapide de l'accord est capitale, selon M. Reynders, qui a souligné que les Etats-Unis et la Russie avaient également lancé un appel. "Dans le cas contraire, un grand risque persiste pour les jours à venir. L'équilibre entre la majorité et l'opposition est très fragile. C'est un moment important pour faire un tel appel."

Le vice-Premier ministre comprend que l'opposition manque de confiance. C'est la raison pour laquelle le Conseil de l'Europe et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) doivent mener une enquête sur les faits de violences commis dans les rues de Kiev, selon lui.

"Au niveau européen non plus, la confiance envers le président n'est pas de mise", a poursuivi Didier Reynders. "L'accord doit donc être appliqué aussi vite que possible." Il a enfin ajouté que l'Union européenne était prête "à faire plus" afin d'endiguer les problèmes économiques et financiers de l'Ukraine, mais "la sécurité et la stabilisation sont d'abord nécessaires."


Ianoukovitch n'a "pas l'intention de démissionner"

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé, contrairement à certaines rumeurs, qu'il n'avait "pas l'intention" de démissionner, dans une allocution télévisée en pleine crise politique en Ukraine.

"Le pays assiste à un coup d'Etat", a-t-il déclaré. "Je n'ai pas l'intention de donner ma démission. Je suis un président élu de manière légitime. Je n'ai pas l'intention de quitter le pays", a souligné M. Ianoukovitch.


Une chose de sûr: il a quitté Kiev

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch se trouve actuellement à Kharkiv, ville de l'est de l'Ukraine, a affirmé samedi à l'AFP sa conseillère Ganna German, au moment où son pouvoir semble vaciller à Kiev. "Le président remplit ses fonctions constitutionnelles (...) Il va s'exprimer aujourd'hui à la télévision à Kharkiv", a-t-elle dit.

Le président a quitté Kiev, a affirmé samedi l'un des responsables de l'opposition, Vitali Klitschko, devant les députés au parlement.

"Il a quitté la capitale", a déclaré Vitali Klitschko. Des journalistes de la télévision Kanal 5 avaient auparavant raconté avoir pénétré sans difficulté dans la résidence du président, d'habitude sous très haute protection, dans la banlieue de Kiev.

Et des manifestants se trouvaient à une cinquantaine de mètres de l'entrée de la présidence, dans le centre de la capitale, a constaté un journaliste de l'AFP.

Par ailleurs, l'opposition a appelé samedi à la destitution du président Viktor Ianoukovitch et à la convocation d'une élection anticipée d'ici au 25 mai.

"Nous exigeons une présidentielle anticipée d'ici au 25 mai", a déclaré Vitali Klitschko. "Le Parlement doit adopter une résolution exigeant que Ianoukovitch donne sa démission", a-t-il ajouté.


Timochenko, libre, en route vers le Maïdan à Kiev

L'opposante Ioulia Timochenko a été libérée de prison et est en route vers le Maïdan, haut lieu de la contestation dans le centre de Kiev, a constaté une journaliste de l'AFP.

Dans une voiture, Mme Timochenko coiffée de sa tresse emblématique a fait un signe de la main aux journalistes et à ses partisans qui l'attendaient devant l'hôpital carcéral où elle était soignée pour hernies discales à Kharkiv (est). Elle va prendre un avion et se rendre à Kiev sur le Maïdan, a indiqué son allié Arseni Iatseniouk.