Le fondateur du parti, âgé de 62 ans, a lancé le PNVD pour redorer l'image des pédophiles

LA HAYE Le juges des référés de La Haye n'a pas interdit lundi le PNVD (parti de l'amour de son prochain, liberté et diversité) qui milite pour la pornographie infantile et les relations sexuelles entre adultes et enfants.

Pour la justice, le PNVD a le droit d'exister comme tout parti politique. La fondation d'étude et de lutte contre la pédophilie "Soelaas", à l'origine de la procédure judiciaire, a été déboutée car elle ne peut se prévaloir d'une action en urgence, n'ayant pas d'intérêt dans l'affaire, selon le juge.

Ad van den Berg, le fondateur du parti, âgé de 62 ans, a lancé le PNVD dans le but de redorer l'image des pédophiles, ternie depuis l'affaire Dutroux.

Il avait indiqué que son parti n'avait pas uniquement la pornographie infantile comme thème de campagne et qu'il propose aussi de supprimer le Sénat et la fonction de Premier ministre, de légaliser des drogues douces et dures et de condamner à la prison à vie quiconque est reconnu coupable d'assassinat, pour la deuxième fois.

Sur son site internet, la formation politique estime que toute personne âgée de 16 ans et plus devrait pouvoir jouer dans un film porno et que la majorité sexuelle devrait passer de 16 à 12 ans.