A ses yeux, les parlements nationaux des 27 États membres de l'UE devraient avoir le droit d'arrêter les processus législatifs au sein du Parlement européen si, à leur avis, des domaines de compétence nationale sont violés.

"Le Parlement européen s'est révélé être une impasse pour ce qui est de répondre aux critères de la démocratie européenne", a fustigé M. Orban dans un discours prononcé samedi à Budapest. Il s'exprimait à l'occasion de la Journée de la Hongrie indépendante, au cours de laquelle les Hongrois célèbrent le départ du dernier soldat soviétique le 19 juin 1991.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a immédiatement critiqué les commentaires d'Orban. "Seuls ceux qui n'aiment pas la démocratie pensent à démanteler les parlements", a-t-il réagi sur Twitter.

Le gouvernement nationaliste-conservateur d'Orban est largement accusé d'éroder la démocratie du pays et s'est heurté à plusieurs reprises aux responsables de l'UE sur des préoccupations concernant l'Etat de droit. Il a vigoureusement défendu son droit de mener des politiques de droite dure, notamment en réprimant les migrants, les organisations non gouvernementales et les médias indépendants.