Cette menace contre Mark Rutte, connu pour se déplacer à vélo avec peu de mesures de sécurité, fait suite à un engagement du gouvernement à réprimer le crime organisé après le meurtre d'un journaliste d'investigation en juillet.

Le Premier ministre de centre droit a été pris en filature par des guetteurs présumés d'un gang de trafic de drogue notoire surnommé la "Mocro Mafia", ont raconté le quotidien populaire "De Telegraaf" ainsi que plusieurs chaînes de télévision.

Mark Rutte a refusé de commenter ces informations en arrivant à pied au Parlement pour des pourparlers visant à former une coalition, déclarant aux journalistes : "Je dirai rien sur la sûreté ou la sécurité".

Le bureau du chef du gouvernement, le coordinateur national néerlandais pour la lutte contre le terrorisme et la sécurité (NCTV) et le parquet national ont réagi de même.

"Nous ne commentons jamais les problèmes liés aux mesures de sécurité", a dit à l'AFP un porte-parole du bureau de M. Rutte.

"Nous ne commentons jamais les questions concernant la sûreté ou la sécurité des personnes", a écrit dans un email le NCTV.

Le député néerlandais d'extrême droite Geert Wilders, qui s'est vu accorder une protection 24 heures sur 24 en raison de menaces de mort, a estimé que la nouvelle était "terrible".

"Vous ne souhaiteriez cela à personne. Courage au Premier ministre Rutte", a tweeté Geert Wilders, qui est généralement un virulent critique du Premier ministre.

"Mesures visibles et invisibles" 

M. Rutte est connu pour se promener à travers La Haye à vélo, arrivant sur son deux-roues à des rendez-vous avec le roi des Pays-Bas et des responsables internationaux, avec en apparence peu de mesures de sécurité.

Mais selon De Telegraaf, il y avait "des signaux selon lesquels il (Rutte) pourrait être la cible d'une attaque ou d'un enlèvement" et des guetteurs "suspects" ayant des liens connus avec la "Mocro Mafia" ont été aperçus à proximité à plusieurs reprises et à différents endroits.

Des guetteurs similaires avaient également été impliqués dans le meurtre en juillet du journaliste spécialisé dans les affaires criminelles Peter R. de Vries et dans le meurtre en 2019 d'un avocat qui représentait le témoin-clé dans le procès de Ridouan Taghi, le chef supposé de la "Mocro Mafia", a précisé le quotidien.

M. de Vries avait récemment été conseiller et confident de ce témoin-clé.

Le gang est surnommé la "Mocro-mafia" car ses membres sont majoritairement d'origine marocaine et antillaise.

Des agents de police spécialement formés des services de sécurité royale et diplomatique néerlandais ont été affectés à la protection de M. Rutte avec des "mesures visibles et invisibles", selon De Telegraaf.

Les Pays-Bas sont depuis longtemps connus pour leur attitude tolérante à l'égard de la marijuana, mais sont de plus en plus confrontés à d'importants problèmes de criminalité liée à la drogue. Un chef de syndicat de la police a récemment qualifié son pays de "narco-État".