Sous le choc, les habitants de la ville de Buffalo dans l’État de New York ont rendu hommage dimanche aux dix personnes tuées la veille dans un supermarché, dont une majorité d’Afro-Américains, par un homme blanc lors d’une fusillade à caractère raciste, décrite comme un acte de "terrorisme intérieur" par les autorités.

Le tueur, identifié comme Payton Gendron, 18 ans et habitant le sud de l’État, portait une caméra et a diffusé son crime en direct sur Twitch. La plateforme a assuré avoir supprimé le contenu "deux minutes" après le début de sa diffusion. "Cet individu était dans la région de Buffalo au moins le jour précédent. Il semble être venu pour évaluer la zone et faire une opération de reconnaissance avant de perpétuer cet acte infâme et écœurant", a précisé dimanche le chef de la police de Buffalo, Joseph Gramaglia, sur ABC.

L’homme a pointé son arme contre lui, au niveau de son cou, avant de finalement se rendre aux forces de l’ordre, selon le commissaire Gramaglia. Poursuivi pour meurtre avec préméditation, il a plaidé non-coupable lors d’une première comparution devant un juge, a rapporté le New York Times. Un "manifeste" de 180 pages à caractère raciste a notamment été diffusé par le tireur sur Internet avant les faits, selon les médias américains. Selon le New York Times, citant ce "manifeste", le suspect a été "inspiré" par des crimes commis par des suprémacistes blancs, notamment le massacre en 2019 de 51 fidèles dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Le journal Buffalo News a même révélé qu’un mot injurieux, raciste et tabou aux États-Unis pour désigner les personnes noires avait été peint en blanc sur le canon de l’arme.