Le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue australien Scott Morrison se sont rencontrés dans la soirée de lundi à Londres et ont résolu les derniers points en suspens de négociations longues de plusieurs mois.

Un tel accord commercial est le premier de taille pour le Royaume-Uni depuis sa sortie de l'Union européenne. C'est dont un "deal" qui sera observé de près, à même de donner le ton de la nouvelle politique commerciale britannique.

Londres et Canberra n'étaient pas encore parvenus à s'entendre sur les exportations agricoles australiennes et les prérequis pour les jeunes Britanniques à bénéficier d'un visa vacances-travail en Australie.

Une annonce formelle est attendue dans la journée de mardi, selon le ministre de l'Agriculture australien, David Littleproud, cité par le média public australien ABC.

Il est escompté que le nouvel accord facilite l'accès des producteurs et entreprises britanniques et australiennes à leurs marchés respectifs. Une ambition sans doute reflétée dans le repas servi aux dirigeants lundi soir, à savoir de l'agneau du Pays de Galles et du saumon fumé écossais servis avec des vins australiens, relève la BBC.

Le Premier ministre australien Scott Morrison était présent au Royaume-Uni en début de semaine après avoir participé à la réunion du G7 dans les Cornouailles.

C'était pour lui un retour sur une terre ancestrale en quelque sorte, alors que la généalogie du dirigeant australien remonte à un voleur des Cornouailles. William Roberts - décrit comme son "cinquième arrière-grand-père", par l'actuel Premier ministre - y est né en 1755. L'homme a été jugé pour un vol mineur en 1786 et a ensuite été déporté en Australie à bord de la Première flotte transportant des bagnards arrivée en janvier 1788 dans l'île-continent, rapporte l'agence de presse australienne AAP. (2)