Les voyageurs arrivant au Royaume-Uni de la plupart des destinations favorites des Britanniques (Espagne, Grèce, Italie, France...) doivent subir une quarantaine et se soumettre à plusieurs tests à leurs frais, représentant des centaines d'euros de dépenses supplémentaires pour une famille et provoquant la colère des professionnels du tourisme.

Les différentes destinations sont classées en trois catégories, vert, orange et rouge en fonction du risque posé par le virus.

"Grâce à notre programme de vaccination réussi, notre intention est que durant l'été les résidents britanniques complètement vaccinés n'auront pas à s'isoler lorsqu'ils voyagent en provenance de pays de la liste orange", a tweeté le ministre des Transports, Grant Shapps. "Nous donnerons plus de détails le mois prochain", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué le ministère des Transports a précisé s'attendre à ce que cet assouplissement se déroule "par phases, en commençant par les résidents britanniques".

Ils devront toujours passer un test avant leur départ et deux jours après leur retour, précise le ministère, "et tout résultat positif sera séquencé pour continuer à gérer le risque d'importation de variants".

Dans la matinée, le Premier ministre Boris Johnson avait évoqué "une réelle opportunité pour une reprise des voyages grâce à la double vaccination", en marge d'une visite à Aldershot (sud-ouest de l'Angleterre).

Près de 83% de la population adulte au Royaume-Uni a reçu une première dose de vaccin contre le covid-19, et six adultes sur dix sont complètement vaccinés.

Malgré l'avancement de la campagne de vaccination, le Royaume-Uni est confronté depuis quelques semaines à une poussée des contaminations attribuée au variant Delta initialement détecté en Inde. Endeuillé par plus de 128.000 morts, le pays a enregistré plus de 16.700 nouveaux cas de coronavirus jeudi.

Ces mauvais chiffres ont poussé la chancelière allemande Angela Merkel à demander mercredi, au Parlement allemand, que les 27 pays de l'Union européenne, dont le Royaume-Uni ne fait plus partie, s'accordent pour imposer une quarantaine aux voyageurs britanniques pour éviter l'importation du variant Delta, beaucoup plus contagieux, sur le continent.

"Nous poursuivrons le dialogue avec nos partenaires européens sur la réouverture des voyages internationaux, mais nous sommes très confiants dans le fait que notre programme de vaccination nous procure une bonne manière d'avancer", a déclaré un porte-parole de Boris Johnson.

Le gouvernement a actualisé jeudi la liste des destinations, classées selon un système de feu tricolore.

Malte, Madère, les îles Baléares, plusieurs territoires britanniques d'outre-mer et les îles des Caraïbes (dont l'île de la Barbade) rejoignent la liste verte, ce qui signifie qu'à partir de 03H00 GMT le 30 juin les voyageurs revenant au Royaume-Uni de ces territoires n'auront plus besoin d'observer de quarantaine.

L'Espagne, l'Italie, la France et la Grèce se trouvent sur la liste orange, obligeant les voyageurs en provenance de ces pays à passer jusqu'à dix jours en quarantaine et à subir deux dépistages payants.

La liste "rouge" impose elle une quarantaine à l'hôtel aux frais du voyageur. Six pays ont été ajoutés à cette liste jeudi, dont la Tunisie et Haiti.