Les négociations pour sauver les départs en vacances de Noël ce week-end ont échoué mercredi à la SNCF pour les TGV Sud-Est: la direction prévoit un trafic "très dégradé" de vendredi à dimanche, compte tenu d'un appel à la grève. La direction "regrette que les négociations menées depuis plusieurs jours" avec les syndicats SUD-Rail, CGT-Cheminots et Unsa ferroviaire "n'aient pas permis d'éviter le mouvement social à ce stade" et "reste à l'écoute", a-t-elle annoncé.

Et c'est surtout la du région Sud-Est, en particulier l'axe Nord-Sud, qui sera impactée en ce premier week-end de départs en vacances de Noël. Seulement un train sur deux sera en circulation vendredi entre Paris, Lyon, les Alpes, Marseille, et la Méditerranée a fait savoir la direction. Les prévisions de trafic pour samedi et dimanche, les deux autres jours visés par cet appel à la grève, seront publiées ultérieurement, quand le nombre de grévistes sera connu.

Les voyageurs dont le train a été annulé pourront être remboursés à 100% et recevront également un bon d'achat de la valeur de leur billet.

D'autres préavis ont été déposés pour les contrôleurs et agents d'escale des TGV Sud-Ouest, les contrôleurs d'Occitanie ou encore les TER de Nouvelle-Aquitaine. Sur l'axe TGV Atlantique, aussi concerné par un préavis de grève, le trafic sera "quasi normal" vendredi, selon M. Fanichet, le directeur de la SNCF.

Cette grève sur "l'axe TGV Sud-Est est un coup dur porté à la réputation de l'ensemble des cheminots auprès des Français", a déclaré Christophe Fanichet, PDG de la société SNCF Voyageurs.

La direction affirme avoir "répondu positivement aux demandes formulées par les organisations syndicales", qui "font le choix du maintien" de leur préavis de grève.

"Ce n'est pas vrai", s'est insurgé auprès de l'AFP Érik Meyer, l'un des secrétaires fédéraux de SUD-Rail. L'entreprise "n'a pas répondu positivement à l'ensemble de nos demandes" et, "sans en aviser notre organisation, elle décide de rompre les discussions", a protesté M. Meyer. "Ça fait deux jours qu'on y passe jour et nuit, à faire des propositions à la boîte" en vue d'arriver à "un compromis" et "il nous semblait qu'on était en bonne voie", a-t-il dit. "On ne comprend pas."

En début de semaine, le réseau SNCF était déjà criblé de grèves: lundi sur le TGV Nord, en Normandie, la ligne H en région parisienne et les aiguilleurs de Nouvelle-Aquitaine; lundi et mardi sur les TER de la région Auvergne-Rhône-Alpes; mardi dans les Pays de la Loire.