Le taux de vaccination encore faible n'a pas atteint le seuil nécessaire pour freiner efficacement la propagation du Covid-19 au sein de la population américaine. En effet, seuls 55% des américains ont déjà reçu une première dose de vaccin et à peine plus de 48% des américains sont considérés comme complètement vaccinés. Et les données de l'Université Johns Hopkins sont sans équivoque : 48 États voient le nombre de cas augmenter d'au moins 10% par rapport à la semaine précédente.

Le Dr Vivek Murthy, chirurgien général américain, a fait part de ses inquiétudes auprès de CNN. "C'est inquiétant, car une augmentation des cas et des hospitalisations est souvent suivie d'une augmentation des décès dus au Covid-19", a-t-il indiqué. Selon le Dr Murthy, les experts sont très inquiets pour les personnes non vaccinées. "99,5% des décès dus au Covid-19 surviennent chez des personnes qui n'ont pas été vaccinées", a-t-il ensuite précisé, insistant sur le fait que la vaccination est "la seule façon d'endiguer l'augmentation des cas".

"Le virus le plus grave en termes de risque d'hospitalisation"

L'expert a également souligné que le variant Delta, dominant dans le pays, était la souche la plus transmissible à ce jour. Un avis partagé par le Dr Scott Gottlieb, commissaire de la Food and Drug Administration américaine sous l'administration Trump, qui a une nouvelle fois mis en garde la population américaine lors d'une interview sur la chaîne CBS. Selon lui, "pour la plupart des gens qui contractent le variant Delta, ce sera le virus le plus grave qu'ils auront dans leur vie en termes de risque d'hospitalisation".

Le Dr Catherine O'Neal, spécialiste des maladies infectieuses au centre médical régional Our Lady of the Lake à Baton Rouge, en Louisiane, a également alerté sur le variant Delta. Selon elle, "le virus de cette année n'est pas celui de l'année dernière". En effet, ce sont des personnes plus jeunes et auparavant en bonne santé qui remplissent désormais les hôpitaux américains. "Il s'attaque à nos quarantenaires. Il s'attaque à nos parents et à nos jeunes grands-parents. Et il s'attaque à nos enfants", a déclaré Mme O'Neal, dont l'unité Covid-19 accueille désormais plus de patients âgés de 20 ans que pendant la première vague de la pandémie.