Après le vote des Français de l'étranger dimanche dernier qui a révélé ses premières surprises, dont notamment l'élimination de l'ex-Premier ministre Manuel Valls, ce sont les Français résidant dans l'Hexagone qui sont appelés aux urnes ce dimanche pour le premier tour des législatives. 

Selon de premières projections, le président fraîchement réélu Emmanuel Macron devrait obtenir la majorité à l'Assemblée nationale à l'issue de ce scrutin. En effet, selon un sondage Ifop-Fiduciel réalisé pour la chaîne française LCI, la majorité présidentielle (Ensemble!) récolterait entre 250 et 290 députés, contre 195 à 230 pour la Nupes, la Nouvelle union populaire écologique et sociale qui rassemble Les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon, les écologistes, les socialistes et les communistes. 

La grande inconnue réside dès lors dans l'étendue de cette majorité. Pour rappel, l'hémicycle français est composé de 577 sièges. Afin d'obtenir la majorité absolue, le groupe de LREM devrait franchir la barre des 289 députés. Un pari encore loin d'être gagné. 
Si l'équipe d'Emmanuel Macron ne parvient pas à décrocher ces 289 sièges, elle obtiendrait une majorité relative qui la contraindrait à s'allier avec d'autres formations politiques pour faire passer certaines lois. Une coalition est notamment envisageable avec Les Républicains (LR), qui devraient se placer en troisième position en termes de sièges à l'issue du vote.

La seconde inconnue réside également dans l'élection - ou non - des ministres nouvellement nommés qui se présentent dans certaines circonscriptions. En cas d'échec, les membres du gouvernement Borne seront en effet contraints de démissionner de leur poste. Le ministre des Solidarités, Damien Abad, accusé de viols, est notamment sur la sellette.