Il reste encore plus de deux mois avant Noël, mais les dindes surgelées au Royaume-Uni se vendent rapidement au comptoir. C'est ce qu'a déclaré le grand patron de la chaîne de supermarchés Tesco, mercredi, en marge de la présentation des résultats semestriels. Selon lui, la demande est actuellement supérieure d'environ 10 %. Les Britanniques sont aux prises avec des pénuries de nombreux produits, en raison d'une combinaison du Brexit, d'une pénurie de chauffeurs routiers et des prix élevés de l'essence.

Cette dernière a conduit à la fermeture soudaine, il y a quelques semaines, de l'entreprise CF Industries, qui produit du CO₂ en tant que sous-produit et qui est donc très importante pour l'industrie alimentaire. Le CO₂ est utilisé tant pour l'abattage des animaux que pour la conservation de la viande. Le plus grand producteur britannique de dindes a ensuite mis en garde contre une pénurie d'ici Noël.

Chez Tesco, on reste prudent. Le PDG Ken Murphy s'attend à une "bonne disponibilité" d'ici la fin de l'année, mais admet qu'il peut encore y avoir des problèmes avec la chaîne d'approvisionnement. L'entreprise elle-même va déployer 15 000 employés supplémentaires pour faire face à la période la plus chargée de l'année. En outre, l'approvisionnement de certains articles, comme les pâtes, a été réduit afin de pouvoir mieux assurer d'autres articles.

Malgré les pénuries, Tesco a pu présenter de bons chiffres au cours des six premiers mois. Le chiffre d'affaires (+5,9 % à 30,4 milliards de livres) et le bénéfice (+16,6 % à 1,39 milliard de livres) ont tous deux augmenté plus que prévu. Tesco relève ses prévisions de bénéfices pour le reste de l'exercice financier, entre 2,5 et 2,6 milliards de livres.