"On a aujourd'hui dans les morgues de Dnipro plus de 1.500 soldats russes morts, que personne ne veut récupérer", a-t-il déclaré dans une interview au média en langue russe Nastoïachtchee Vremia (Current Time), financé par Washington.

"Ils reposent dans les réfrigérateurs des morgues", a-t-il poursuivi, affirmant espérer que des "mères russes puissent venir chercher leurs fils".

"Quoi qu'on en pense, ce sont les enfants de quelqu'un. Leurs mères les ont élevés (...), elles les ont aimés, elles les ont emmenés à l'école le 1er septembre", jour de la rentrée scolaire en Russie, a-t-il poursuivi.

"J'ai une demande (...): nous allons tout organiser, mais laissez les mères russes ramasser les cadavres de leurs fils", a-t-il ajouté, semblant s'adresser aux autorités russes.

La Russie est restée très discrète sur l'ampleur de ses pertes depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. Le dernier bilan officiel, communiqué le 29 mars, faisait état de 1.351 morts et 3.825 blessés mais le porte-parole du Kremlin a reconnu la semaine dernière que le pays a "subi des pertes militaires importantes".

Dnipro, une ville industrielle d'un million d'habitants traversée par le fleuve Dniepr, marque la limite des régions orientales du pays et pourrait, selon des experts, être une cible à venir de l'armée russe qui a décidé de se reconcentrer

Sept personnes fusillées par des militaires russes

Sept personnes ont été fusillées mardi dans une maison d'un village de la région de Kherson dans le sud de l'Ukraine par des militaires russes, a annoncé mercredi le parquet général ukrainien. "Selon l'enquête, les militaires russes ont fusillé six hommes et une femme dans le village de Pravdyné. Ayant l'intention de dissimuler le crime, les occupants ont fait exploser la maison où se trouvaient les corps des personnes fusillées", a indiqué le parquet dans un communiqué.

Des mesures sont prises pour "identifier les victimes" et établir les circonstances du drame, ajoute le parquet, qui précise qu'une enquête a été ouverte pour "violations des lois et coutumes de la guerre associées à un meurtre avec préméditation".

Les forces russes contrôlent depuis début mars la ville de Kherson et plusieurs localités dans cette région.