La pandémie de coronavirus a fait au moins 1.263.890 morts dans le monde, selon un bilan de l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11h00 GMT.

L'Espagne a passé la barre des 40.000 morts

L'Espagne a passé mercredi la barre des des 40.000 décès liés au Covid-19 officiellement recensés depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres officiels fournis par le ministère de la Santé.

L'Espagne qui avait atteint la veille son chiffre record de morts en 24 heures lors de cette deuxième vague, figure parmi les pays européens les plus touchés: la France a franchi ce même seuil des 40.000 il y a moins d'une semaine tandis que le Royaume-Uni a enregistré mercredi plus de 50.000 morts

En Italie

L'Italie, premier pays d'Europe frappé par la pandémie de nouveau coronavirus au printemps dernier, a dépassé le million de cas depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère de la Santé.

Le pays a enregistré 32.961 nouveaux cas et 623 décès au cours des dernières 24 heures, portant le total depuis février à 1.028.424 cas et 42.953 morts.

Le Royaume-Uni, pays le plus durement touché en Europe par la pandémie de nouveau coronavirus, a dépassé mercredi le cap des 50.000 morts, selon le bilan des autorités sanitaires, qui ne prend en compte que les décès survenus dans les 28 jours après un test positif.

Confiné pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie, le pays a enregistré mercredi 595 morts supplémentaires, portant à 50.365 le nombre de personnes décédées. Le nombre de morts mentionnant le nouveau coronavirus sur le certificat de décès - sans forcément être confirmé par un test - a lui atteint 61.648, en hausse de 1.597 en une semaine.

Les Etats-Unis sont ensuite le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 239.588 décès pour 10.238.243 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins

La première puissance économique mondiale, qui a récemment franchi la barre des 10 millions de cas de Covid-19, est de loin la plus endeuillée par la pandémie, avec près de 240.000 morts. Le record de mardi est en partie dû à des remontées de données du week-end, mais reflète la tendance dans laquelle les Etats-Unis sont engagés. Depuis une semaine, le nombre d'infections quotidiennes au Covid-19 dépasse régulièrement les 100.000, des niveaux jamais atteints jusqu'ici.

Actuellement, la situation la plus difficile concerne le nord des Etats-Unis et le Midwest. Si le nombre de morts recensés chaque jour est loin d'être remonté aux niveaux du printemps, les Etats-Unis ont déploré encore plus de 1.500 morts en 24H mardi. Mais le nombre d'hospitalisations bat lui aussi des records. Quelque 62.000 personnes sont actuellement hospitalisées en raison du Covid-19 sur le sol américain selon le Covid Tracking Project, du jamais vu depuis la confirmation fin janvier du premier cas officiel aux Etats-Unis.

La pandémie, régulièrement minimisée par le président sortant Donald Trump, a plongé le pays dans sa pire crise sanitaire depuis la grippe espagnole de 1918 et sa pire récession depuis la crise de 1929. Son rival démocrate, le président élu Joe Biden, a dressé en début de semaine les contours de son plan de lutte contre la pandémie, dont il a fait la priorité numéro un de son futur mandat.

Après les Etats-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil (162.829 morts), l'Inde (127.059 morts), le Mexique (95.255 morts) et le Royaume-Uni (49.063 morts).

L'Espagne a recensé mardi plus de 400 nouveaux décès liés au Covid-19 en 24 heures, le chiffre le plus élevé de la deuxième vague, mais l'épidémie est entrée dans une phase de "stabilisation nette", selon l'épidémiologiste en chef du gouvernement Fernando Simon.

En France, la Savoie en tête des contaminations

La Savoie est devenue cette semaine le département le plus touché par le Covid-19 en France: cet afflux brutal de malades dans les hôpitaux reste inexpliqué mais engendre une mobilisation générale des structures de santé du territoire pour faire face.


Avec 1.167 cas positifs pour 100.000 habitants, la Savoie présente une incidence du coronavirus 2,5 fois plus élevée que la moyenne nationale.

Alors que la deuxième vague n'a pas atteint son pic, 448 malades y sont hospitalisés pour covid, contre 127 au plus fort de la première vague. Et 127 morts sont déjà à déplorer à l'hôpital contre 68 au printemps, ainsi que 32 en Ehpad contre 31.

Confinements et couvre-feux

De nombreux pays européens, où plus de 13 millions de cas ont été enregistrés, sont soumis à divers niveaux de confinement ou de couvre-feu.

Le Portugal, en état d'urgence sanitaire depuis lundi, a instauré un couvre-feu dans la majeure partie du pays, tout comme en Roumanie et en Hongrie où celui-ci est étendu.

En France, la deuxième vague progresse moins vite, notamment en région parisienne, dix jours après le reconfinement. En Italie, la situation épidémique est "largement hors de contrôle" selon des médecins qui réclament un confinement total.

Hors d'Europe, le Liban a annoncé un confinement "total" du 14 au 30 novembre, assorti d'"exceptions" pour "le secteur de la santé et d'autres secteurs vitaux".

Bulle de voyage entre Hong Kong et Singapour

Une "bulle" de voyage autorisant les passagers à voler entre Hong Kong et Singapour sans obligation de quarantaine sera mise en vigueur à partir du 22 novembre, ont annoncé ces gouvernements mercredi. Cette bulle de voyage bilatérale serait une première pour Hong Kong, selon le secrétaire au commerce et au développement économique de l'archipel, Edward Yau.

Hong Kong et Singapour sont relativement au même niveau épidémique, selon lui qui estime qu'une reprise des connexions aériennes entre les deux pays est d'une importance prioritaire.

"Nous espérons que l'aviation, le tourisme, l'hospitalité, le commerce et l'alimentation pourront en bénéficier, et que l'économie d'Hong Kong pourra reprendre graduellement", affirme-t-il.

L'accord prévoit que les voyageurs entre ces deux destinations ne devront pas se soumettre à une quarantaine à leur arrivée, ni à des restrictions à leur objectif de voyage ou itinéraire, selon la déclaration.

Cependant, les personnes s'apprêtant à voyager au sein de cette bulle devront présenter un test négatif pour le Covid-19 72 heures avant leur départ.

Elles doivent aussi prouver qu'elles n'ont pas voyagé hors de Singapour ou Hong Kong au cours des 14 jours précédant l'embarquement.

Premier cas au Vanuatu

L'Etat insulaire du Vanuatu, situé dans le Pacifique, a confirmé mercredi son premier cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, a annoncé son premier ministre Bob Loughman dans un discours à la nation, assurant les citoyens que "le pays reste sûr". Peuplé d'environ 300.000 habitants, celui-ci était l'un des rares au monde à ne pas encore avoir été touché par le coronavirus. "Le gouvernement, par l'intermédiaire du groupe de travail Covid-19, continuera à donner au public des informations actualisées sur la situation du Covid-19 et sur ce cas en particulier", a assuré le chef de gouvernement, cité par Radio New Zealand (RNZ) Pacific News.

L'homme infecté avait voyagé des États-Unis au Vanuatu, via Sydney et Auckland. Il était asymptomatique à son arrivée au Vanuatu le 4 novembre, mais il a été testé positif mardi lors d'un test de routine effectué le cinquième jour après son retour, a expliqué le ministère de la Santé. L'individu a été transféré dans un centre d'isolement pour y être traité et surveillé.

Le Vanuatu avait fermé ses frontières et déclaré un état d'urgence le 25 mars, qui malgré l'absence de cas de Covid-19 et en raison de la vulnérabilité du pays, a été prolongé jusqu'au 31 décembre. Ce n'est que récemment qu'il a commencé à autoriser les vols de rapatriement.

Le Vanuatu est classé par la Banque mondiale comme le pays le plus exposé au monde aux catastrophes naturelles. En avril, un puissant cycle tropical de catégorie 5 avait déchiré le pays, touchant plus de 159.000 personnes.

Selon les dernières données de l'Organisation mondiale de la santé, les nations et territoires insulaires éloignés de Micronésie, du Samoa et de Tuvalu font partie de ceux que l'on pense encore exempts de coronavirus.