Fondée en 1991 par cet ancien policier, de son vrai nom Sergueï Torop, le culte est installé dans une bourgade construite dans la forêt par les fidèles dans le district de Kourgan, dans la région sibérienne de Krasnoïarsk.

"Vissarion" et deux de ses proches, Vadim Redkine et Vladimir Vedernikov ont été arrêtés mardi, selon le puissant Comité d'enquête russe, lors d'une opération commune avec les services spéciaux (FSB, ex-KGB) et le ministère de l'Intérieur.

Ils sont accusés d'avoir utilisé la secte pour extorquer de l'argent à leurs disciples, d'avoir exercé des "violences psychologiques" sur eux, entraînant des "dommages graves à la santé". Dans une vidéo diffusée par les autorités, les trois suspects sont conduits, encadrés par des hommes cagoulés vêtus de treillis, à bord d'un hélicoptère.

© BELGA/AFP

Vissarion a réuni ses milliers de fidèles dans une zone isolée de Sibérie pour en faire une sorte d'Arche de Noé pour sauver l'humanité d'un cataclysme que l'Homme est en train de provoquer.

Son "Eglise du Dernier Testament" ne vivait pas pour autant complètement coupée du monde, accueillant notamment régulièrement la presse. Vissarion s'est taillé une certaine notoriété en Russie et certains de ses disciplines venaient aussi d'Europe occidentale.

Les fidèles, qui visent l'autosuffisance, disent y vivre en communion avec la nature en rejetant notamment la viande, l'alcool et le tabac.