"Tant qu'il n'y a pas de mutation qui altère la protection, la vaccination complète signifie que des mesures (de restrictions) comme celles de l'hiver dernier ne sont pas nécessaires chez les personnes vaccinées", a expliqué Jens Spahn.

Helge Braun, directeur de la chancellerie d'Angela Merkel, avait lui-même émis jeudi cette idée que les personnes vaccinées n'auraient plus à subir d'éventuelles nouvelles restrictions.

"Si les personnes vaccinées se trouvent quelque part, elles ne sont plus vraiment à risque et elles ne mettent pas les autres en danger. Et il n'y a aucune raison de conseiller une réduction de leurs contacts", avait expliqué à la radio MDR ce proche conseiller de la chancelière.

Le gouvernement et les régions comptent suivre la recommandation de la commission vaccinale allemande de compléter une première dose AstraZeneca par une seconde dose d'un vaccin à ARN messager, Pfizer-BioNTech ou Moderna.

Cette combinaison offre un "niveau très, très élevé de protection vaccinale", y compris contre le variant Delta, qui représente désormais "70 à 80%" des infections au Covid-19, a plaidé M. Spahn.

Un peu plus de six mois après le lancement de la campagne de vaccination, 55% de la population allemande a déjà reçu au moins une injection, soit plus de 46 millions de personnes, tandis que 37,3% de la population a reçu les deux doses de sérum.