Après des négociations à rallonge, les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se sont entendus, ce mardi après-midi, sur les nominations aux plus hautes fonctions.

Dans ce grand marchandage entre pays et entre familles politiques, il a été décidé que Charles Michel occupera la présidence du Conseil européen. Le Premier ministre succédera, en novembre, au Polonais Donald Tusk. Il est le deuxième Belge à occuper ce poste après Herman Van Rompuy (CD&V), de 2009 à 2014.

Quelles furent les forces de Charles Michel dans cette répartition des postes ? En autres, être un "eurovolontariste" issu d'un pays qui joue par tradition le rôle d'accoucheur de compromis. Mais aussi être un libéral, populaire auprès du couple franco-germanique.

Ursula von der Leyen est quant à elle proposée pour diriger la Commission européenne. L'actuelle ministre allemande de la Défense est membre du CDU d'Angela Merkel, et fait donc partie du Parti populaire européen.