"Les partis politiques n'en font pas assez" pour le climat, a lancé la jeune militante suédoise à une foule de manifestants rassemblés devant le Reichstag de Berlin, où siègent les députés allemands. "Oui, nous devons voter et vous devez voter. Mais n'oubliez pas que le vote seul ne suffira pas. Nous devons continuer à descendre dans la rue et à exiger de nos dirigeants qu'ils prennent des mesures concrètes en faveur du climat".

Son message s'adressait autant aux manifestants qu'aux candidats en lice pour remplacer Angela Merkel à la chancellerie, à l'issue d'un vote à suspense, dimanche, dont les jeux restent totalement ouverts.

Pour l'avenir de la planète, il s'agit du vote "du siècle", a affirmé à l'AFP Luisa Neubauer, responsable en Allemagne du mouvement "Fridays for future".

"Fridays for future", lancé en 2018 et devenu la tribune de la "génération climat", organise vendredi sa 8e "grève" dans plus de 70 pays, avec 470 mobilisations prévues en Allemagne.

Dans la dernière ligne droite avant les législatives, les sondages prédisent un match serré entre les sociaux-démocrates en tête avec 25% des intentions de vote et le camp conservateur (CDU/CSU), remonté à 23% selon un dernier sondage Civey jeudi.

Les Verts, à l'issue d'une campagne jugée décevante, obtiendraient quant à eux 15% des intentions de vote en s'adjugeant la troisième place, devant le parti libéral (12%).