Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a regretté jeudi l'absence de progrès sur un cessez-le-feu dans son pays, lors des entretiens avec son homologue russe Serguei Lavrov dans le sud de la Turquie. "Nous avons évoqué un cessez-le-feu mais aucun progrès n'a été accompli en ce sens", a-t-il déclaré devant la presse, ajoutant cependant qu'avec M. Lavrov, ils avaient décidé de "poursuivre leurs efforts".

"L'Ukraine ne se rendra pas", a encore prévenu le ministre. "Nous sommes ouverts à la diplomatie mais si ça ne marche pas, nous protègerons notre pays et notre peuple".

"Nous voulions obtenir un cessez-le-feu de 24 heures. Lavrov a dit que Moscou voulait parler des corridors humanitaires", a-t-il précisé, espérant un corridor pour évacuer la ville de Marioupol dans le sud de l'Ukraine, visée par d'intenses bombardements russes dont un a touché l'hôptal pédiatrique.

"Je suis d'abord venu ici pour des raisons humanitaires, pour l'évacuation des civils. Mais Lavrov n'a rien voulu promettre sur ce point", a insisté le ministre ukrainien. "Nous avons décidé de poursuivre nos efforts et je prévois de continuer dans ce format".

"Je suis déterminé à continuer parce que nous voulons que cette guerre prenne fin et que notre pays soit libéré des occupants", a encore déclaré M. Kuleba, souhaitant des "pourparlers sérieux et constructifs: si la Russie y est prête, nous aussi".

Il s'agit de la première rencontre à ce niveau depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, il y a tout juste deux semaines.

Les pourparlers entre les ministres russe et ukrainien ont duré 1h40 dans le sud de la Turquie en présence du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu.