"Million MAGA March", "Stop the Steal", "Women for Trump": sous des slogans variés et dans une certaine confusion, plusieurs rassemblements sont prévus, soutenus par plusieurs personnalités d'extrême-droite, dont Enrique Tarrio, leader des "Proud Boys", groupuscule nationaliste.

A Washington, des centaines de personnes sont déjà rassemblées dans le centre ville, brandissant des pancartes et drapeaux aux slogans "Trump 2020", "Meilleur président de l'histoire" ou encore "Halte au vol".


Le président américain s'est même rendu sur place pour les saluer, comme il l'avait annoncé. "Cela fait chaud au coeur de voir tout cet énorme soutien, surtout ces rassemblements spontanés qui fleurissent à travers le pays, dont un grand samedi à (Washington) DC. Je pourrais même essayer de passer dire bonjour", avait tweeté Donald Trump la veille

La visite s'est limitée à une promenade en véhicule. En quittant la Maison Blanche pour se rendre au golf, le président américain, qui n'a toujours pas reconnu sa défaite face à Joe Biden une semaine après l'annonce des résultats, a pu apercevoir, depuis sa limousine blindée, plusieurs centaines de ses sympathisants.

Le convoi présidentiel est passé devant Freedom Plaza, où des manifestants enthousiastes criaient "Quatre ans de plus! Quatre ans de plus!", ou encore "USA! USA!".

© AFP

Plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montrent l'escorte présidentielle passant devant les manifestants, à proximité de la Maison Blanche.

Les milliers de manifestants ont envahi, dans le calme, les rues du centre ville de Washington. Certains s'en sont pris à la chaîne de télévision Fox News. Chaîne favorite de Donald Trump durant son mandat, des tensions sont apparues entre le président et le média lors du dépouillement du scrutin, Trump reprochant à Fox News d'avoir annoncé la victoire de Joe Biden.

"Fox News craint", ont-ils entonné avec force, comme le montre une vidéo relayée sur le compte Twitter de la manifestation.


Plus tard dans la journée, Donald Trump a partagé sa satisfaction dans un tweet, en partageant une photo de la foule.  "Les gens ne vont pas supporter que cette élection leur soit volée par une société privée de la gauche radicale", a écrit le président. 


Parmi la foule, Darion Schaublin a fait plus de six heures de route depuis l'Ohio pour dénoncer un "système complètement truqué" et la "manipulation des médias". Le jeune homme de 26 ans, qui affirme avoir perdu son emploi dans un restaurant après avoir refusé le port du masque, doute de la "légitimité" du résultat des élections.

Margarita Urtubey, éleveuse de chevaux de 49 ans venue de Floride avec une amie d'origine uruguayenne comme elle, estime que "Trump a largement remporté" la présidentielle.

"Tout le monde le sait. Mais il est contre les médias, les géants de la tech et la corruption est horrible", dénonce-t-elle, casquette "Make America Great Again" sur la tête, disant faire partie de la "résistance".

Quelques rassemblements anti-Trump ont aussi été annoncés, faisant craindre un climat tendu dans la capitale fédérale américaine.