Emmanuel Macron a averti vendredi, lors de ses voeux pour 2022, que "les semaines à venir seront difficiles" mais qu'il y avait "de vraies raisons d'espérer" grâce au vaccin et que "2022 serait peut être l'année de sortie de l'épidémie".

Grâce au vaccin, "nous pourrons ainsi surmonter cette vague", a-t-il ajouté, en promettant de "tout faire pour préserver l'activité du pays" et "éviter de prendre des restrictions qui pèsent sur notre liberté".

Debout, avec le jardin de l'Elysée en arrière-fond il a, une nouvelle fois, appelé à la vaccination face à ce variant Omicron "si contagieux". "J'en appelle aux 5 millions de non-vaccinés: faites ce geste simple pour vous, pour vos compatriotes, pour notre pays. Toute la France compte sur vous".

"Malgré les épreuves, la France est plus forte aujourd'hui qu'il y a deux ans", a insisté Emmanuel Macron, rappelant plusieurs des réformes qu'il a impulsées et qui le rendent "optimiste" pour 2022.

"Jamais depuis 15 ans, le chômage n'a été aussi bas", a-t-il dit.

Avec la pandémie, "là où nous aurions pu tout reporter, nous n'avons jamais renoncé à notre ambition collective", a ajouté le chef de l'Etat. "Rien que ces dernières semaines et dans les prochains mois, des décisions dont on parlait depuis des décennies ont été et seront prises qui changeront la vie", a-t-il ajouté.

Il a cité entre autres la "formation de notre jeunesse", la "réforme de l'assurance chômage", les mesures de "pouvoir d'achat", "l'augmentation des salaires des fonctionnaires les plus modestes, "la rénovation thermique" ou la "retraite minimale à 1.000 euros".

"Je suis résolument optimiste, pas simplement pour 2022 mais pour les années qui viennent", "nous pouvons voir l'issue de ce jour sans fin" de la pandémie, a-t-il souligné.

Le chef de l'Etat a aussi pris la défense de l'Europe alors que la France prend la présidence tournante de l'Union européenne samedi.

"Vous pouvez compter sur mon engagement total pour faire de ce moment un temps de progrès pour vous" car "les valeurs que porte l'Union européenne sont, j'en suis convaincu, celles qui permettent de relever nos défis contemporains".

"J'agirai jusqu'au dernier jour du mandat pour lequel vous m'avez élu", a-t-il enfin déclaré au sujet de l'élection présidentielle d'avril pour laquelle il n'a pas encore dit s'il était candidat.

A cet égard, il n'a rien dévoilé vendredi, disant simplement que "pour ma part, quelque soient ma place et les circonstances, je continuerai à vous servir" et "nul ne saura déraciner mon coeur".

"Restons unis, bienveillants, solidaires, restons du côté de la vie, c'est là ce que nous devons à nous-mêmes. Alors 2022 sera l'année de tous les possibles", "vive notre Europe, vive la République et vive la France", a-t-il conclu.