Le Président s'est exprimé vers 15h30, à Nice. "Une fois encore, notre pays a été frappé par une attaque terroriste islamiste. C'est la France qui est attaquée", a-t-il commencé, rappelant l'agression contre le consulat français en Arabie saoudite.

"Je veux ici dire le soutien de la Nation toute entière aux catholiques de France et d'ailleurs". Il a ensuite rappelé que même si chacun est libre de croire ou non, "toutes les religions doivent pouvoir s'exercer librement".

"Les militaires seront davantage mobilisés. Nous passerons de 3000 à 7000 militaires sur notre sol", a expliqué Macron. Un déploiement de force pour protéger les lieux de culte, mais aussi pour "protéger aussi les écoles pour la rentrée". Un conseil de défense se tiendra vendredi.

"Nous ne céderons rien"

"Une fois encore, notre pays a été frappé par une attaque terroriste islamiste", déclare-t-il. "Une fois encore ce matin, ce sont trois de nos compatriotes qui sont tombés, à Nice, en cette basilique. Très clairement, c'est la France qui est attaquée. Au même moment, nous avions un site consulaire français qui était attaqué en Arabie Saoudite. Au même moment, des interpellations sur notre territoire se faisaient."

Emmanuel Macron a appelé les Français à s'unir et à ne rien céder à l'esprit de division.

Etat d'urgence attentat

Plus tôt dans la journée, le Premier ministre français Jean Castex a annoncé l'activation de l'état d'urgence attentat. Cela signifie que la sécurité des bâtiments, transports et lieux publics va être renforcée. Le niveau "urgence attentat" est le niveau le plus haut du plan vigipirate, le dispositif français de lutte contre le terrorisme.

Suite à l'attaque, dont l'auteur a été interpellé, le président français Emmanuel Macron a décidé de se rendre à Nice en début d'après-midi. Il a eu de longs échanges avec les forces de l’ordre de la ville, devant la basilique Notre-Dame, ce jeudi après-midi.