Monde

Les autorités portugaises ont accepté la demande de la police britannique de fouiller des terrains à proximité du complexe hôtelier situé dans le sud du pays où avait disparu la petite Madeleine McCann en 2007, a rapporté mardi la presse.

Scotland Yard a confirmé mardi le début imminent de recherches dans l'affaire Madeleine McCann, alors que la presse a évoqué des fouilles à venir à proximité du complexe hôtelier où avait disparu la fillette en 2007 au Portugal.

Dans une lettre envoyée aux médias, Mark Rowley, l'un des inspecteurs britanniques en charge de l'enquête, a indiqué que les recherches allaient débuter "dans les semaines à venir", sans donner plus de détails. "Alors que les choses avancent plus lentement et de manière plus bureaucratique que nous le souhaiterions (...) j'écris parce que les recherches vont avoir lieu dans les semaines à venir", a indiqué le détective.

Il a appelé au passage les médias britanniques "à la prudence" en soulignant que les enquêteurs portugais, ayant une "approche très différente" de celle de Scotland Yard, n'allaient pas communiquer sur l'affaire autant qu'ils ne le voudraient.

Selon la presse portugaise mardi, les autorités locales ont accepté la demande de la police britannique de fouiller des terrains à proximité du complexe hôtelier situé dans le sud du pays où avait disparu la petite Madeleine McCann. Le parquet général de la République n'a ni infirmé ni confirmé cette information. Il a expliqué que "la teneur des requêtes adressées par les autorités britanniques est confidentielle", tout en faisant état d'une demande d'information supplémentaire reçue en mars.

Alors âgée de près de quatre ans, Madeleine McCann avait disparu de sa chambre le 3 mai 2007, à Praia da Luz, une petite station balnéaire où elle séjournait avec sa famille, pendant que ses parents dînaient avec des amis dans un restaurant voisin.

La police portugaise avait classé l'enquête en 2008 après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents de la fillette, qui ont ensuite été blanchis. Après avoir passé deux ans à étudier le dossier, le Royaume-Uni avait officiellement ouvert sa propre enquête en juillet 2013 et les autorités portugaises ont rouvert le dossier peu après.