Les installations du Super Nintendo World sont directement inspirées du monde bariolé des célèbres jeux vidéo Super Mario du groupe japonais, qui jusqu'à récemment encore hésitait à explorer de nouvelles façons d'exploiter ses héros virtuels au-delà des consoles, via des contrats de licences.

L'une de ses attractions phare est un manège Mario Kart, dont l'expérience est enrichie par des lunettes de réalité augmentée fixées à une visière rouge, comme la casquette du plombier italien.

Un bracelet connecté à un smartphone permet aussi aux visiteurs de collecter des pièces virtuelles en frappant des blocs, comme Mario.

"Nous avons parfaitement recréé l'univers du jeu (...). Vous y trouverez des plantes Piranha et Bowser (le grand ennemi de Mario, NDLR), et vous verrez ce que c'est que d'être Mario", a déclaré Ayumu Yamamoto, directeur marketing d'USJ.

Presque un an de retard

"Il a fallu presque un an de plus que prévu pour ouvrir cet endroit, et nous sommes vraiment heureux", a-t-il dit lors d'une présentation à la presse la veille de l'ouverture.

Super Nintendo World, qui a coûté plus de 460 millions d'euros, devait initialement attirer les foules dès l'année dernière pour coïncider avec les Jeux olympiques de Tokyo-2020, mais ceux-ci ont également été reportés à cette année à cause du coronavirus.

L'ouverture du parc avait été décalée à février de cette année, avant d'être de nouveau repoussée lorsque le gouvernement japonais a déclaré l'état d'urgence en janvier pour endiguer une recrudescence des infections dans l'archipel.

En raison de la fermeture actuelle des frontières japonaises face à la pandémie, les visiteurs de l'étranger devront encore patienter jusqu'à une date indéterminée avant de pouvoir découvrir le site.

D'autres espaces Nintendo similaires sont prévus à terme dans les parcs des studios Universal à Orlando (Floride) et à Hollywood.