"Ce soir nous ne prendrons pas de région", a-t-elle reconnu. Elle a dénoncé des "alliances contre-nature qui ont tout fait pour nous empêcher de montrer aux Français notre capacité à diriger un exécutif régional", et a affirmé que le résultat en Paca "démontre que la mobilisation est la clé des victoires à venir."

"J'accueille ces résultats avec beaucoup d'humilité mais c'est un échec pour l'intégralité de la classe politique puisqu'une grande partie des Français n'ont vu aucun intérêt à se déplacer pour cette élection", a aussi réagi la présidente du RN face à l'abstention. "Nous vivons une crise profonde de la démocratie locale".

Marine Le Pen a également fustigé "une organisation désastreuse du scrutin", marquée par des problèmes concernant la livraison des professions de foi.

La candidate du RN à la présidentielle a tout de même donné "rendez-vous aux Français, dès demain, pour construire tous ensemble l'alternance dont la France a besoin".


La droite désormais "la seule force d'alternance"

De son côté, le président des Républicains, Christian Jacob a estimé dimanche que la droite était "aujourd'hui clairement la seule force d'alternance", après le deuxième tour des élections régionales qui a vu la droite maintenir ses positions, sauf à La Réunion.

"C'est une formidable victoire pour nous les Républicains, c'est un effondrement du Front (Rassemblement) national et une humiliation pour La République en marche", a-t-il déclaré sur France 2, soulignant que la droite avait gagné "les municipales (...) les sénatoriales, les législatives partielles, les départementales les régionales".