Dans sa circonscription, le chef des libéraux qui va pouvoir former un nouveau gouvernement est allé à la rencontre des jeunes qui partaient pour l'école et des travailleurs qui s'engouffraient à toute vitesse dans le métro.

En jean, basket, chemise bleue et masque noir sur le visage, il a multiplié les selfies dans les couloirs du métro entre deux escalators glissant quelques mots en français aux uns, en anglais aux autres.

"Je viens d'Afghanistan et je suis vraiment fière d'avoir été accueillie dans votre pays", lui explique une jeune femme, pull rose et gris, qui pose à plusieurs reprises la main sur son coeur en guise de remerciement.

Peu après une autre jeune femme s'approche et l'interpelle en coup de vent: "Je compte sur vous pour agir pour l'environnement!".

Soudain, un père de famille se glisse auprès du Premier ministre avec ses trois enfants et l'un d'eux après un "check" du coude enlace tendrement Justin Trudeau, qui vient de lui demander son prénom.

"Pays divisé" 

Cette sortie de lendemain de victoire dans le métro est désormais une tradition pour Justin Trudeau au pouvoir depuis six ans. Il l'avait fait après sa large victoire de 2015 mais aussi en 2019. S'il a réussi à décrocher un troisième mandat, il a échoué à remporter sa majorité espérée.

"Je suis très contente de la façon dont il a géré le Covid" et "contente de savoir que c'est lui qui va nous sortir de là", s'enthousiasme Giugetta Iovino qui a fait un détour pour apercevoir M. Trudeau.

Mais Omar Bencheikh, 24 ans, est lui déçu: "Pour moi les libéraux n'ont pas réussi leur pari parce que le Canada est divisé". Le jeune homme d'origine marocaine craint qu'un gouvernement minoritaire "ne dépasse pas deux ans au pouvoir".

Lundi soir, dans son discours de victoire, Justin Trudeau a promis d'offrir un "avenir radieux" aux Canadiens une fois le pays sorti de la pandémie. "Je vous entends quand vous dites que vous voulez juste revenir aux choses que vous aimez, ne pas vous soucier de cette pandémie ou d'une élection".

"La situation à laquelle nous sommes confrontés exige un changement réel et important, et vous avez donné à ce parlement et à ce gouvernement une direction claire".

Pendant la campagne électorale, dont l'issue était très incertaine, Justin Trudeau a dû souvent faire face à une foule de manifestants en colère contre les mesures sanitaires. L'un d'entre eux lui a même lancé des graviers.