Il y a plus d'une semaine, les médias américains annonçaient la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle, faisant de lui le 46ème président des Etats-Unis. Les Américains se précipitaient alors dans les rues en nombre pour célébrer le résultat de ce scrutin inédit. Mais, de son côté, Donald Trump faisait directement savoir qu'il n'accepterait pas sa défaite. L'actuel locataire de la Maison-Blanche affirmait ainsi "avoir gagné l'élection haut-la-main". Accusant de fraude les démocrates, le président et son équipe se sont alors lancés dans une chasse aux sorcières, cherchant à démontrer des allégations pour lesquelles ils n'ont jusqu'à présent apporté aucune preuve. Par son refus de reconnaître la victoire du démocrate, Donald Trump a empêché que la procédure de transition se mette en place. Ce à quoi Michelle Obama a tenu à réagir, ce lundi 16 novembre dans une publication sur Instagram.

"Cette semaine, j’ai beaucoup réfléchi à ma situation, il y a quatre ans , a commencé l'épouse de Barack Obama. Hillary Clinton venait de connaître une défaite compliquée avec une différence de voix beaucoup plus petite que celle que nous avons pu constater cette année. J'étais blessée et déçue - mais les votes avaient été comptés et Donald Trump avait gagné. Le peuple américain avait parlé. Et l’un de nos grands devoirs à la tête de ce pays, c'est d'écouter lorsque les citoyens s'expriment. "

L'ancienne First lady a ensuite expliqué comment elle s'était résignée et avait fait son devoir en s'attelant à une "transition de pouvoir respectueuse et transparente, une des caractéristiques de la démocratie américaine". "Nous avons invité les membres de l’équipe du président élu dans nos bureaux et nous leur avons préparé des notes de service détaillées, présentant ce que nous avions appris au cours des huit dernières années", a-t-elle écrit sur Instagram.

Une transition compliquée en 2016 pour la First lady

Michelle Obama a toutefois admis que tout cela n'avait "pas été facile" pour elle. "Donald Trump avait répandu des mensonges racistes sur mon mari qui avaient mis ma famille en danger, a rappelé l'épouse du 44ème président des Etats-Unis. Ce n’était pas quelque chose que j’étais prête à pardonner." Faisant fi de sa rancoeur envers le magnat de l'immobilier "pour le bien du pays", l'ancienne Première dame a accueilli à la Maison-Blanche celle qui devait lui succéder quelques semaines plus tard. "J'ai parlé à Melania Trump de mon expérience, en répondant à toutes ses questions - que ce soit par rapport à ce qui est attendu de la Première dame ou par rapport au fait d'élever des enfants à la Maison-Blanche, a poursuivi Mme Obama. Je savais au fond de moi que c’était la bonne chose à faire - parce que notre démocratie est tellement plus grande que l’ego de quiconque."

Elle a ensuite tenu à rappeler à quel point il était important à présent que Donald Trump reconnaisse sa défaite. "Notre amour de la patrie nous oblige à respecter les résultats d’une élection même si nous ne les aimons pas et même si nous aurions aimé qu'elle se déroule différemment - la présidence n’appartient à aucun individu ni à aucun parti, a-t-elle conclu. Prétendre que oui, jouer avec ces théories du complot sans fondement - que ce soit à des fins personnelles ou politiques -, c'est mettre la santé et la sécurité de notre pays en danger. Ce n’est pas un jeu. Je veux donc exhorter tous les Américains, en particulier les dirigeants de notre nation, quel que soit leur parti, à honorer le processus électoral et à faire votre part pour encourager une transition en douceur du pouvoir, comme l’ont fait les présidents en exercice tout au long de notre histoire. "