Monde

L'homme qui avait lancé un milk-shake sur Nigel Farage, le patron du parti du Brexit, a été condamné mardi à 150 heures de travail d'intérêt général et devra aussi payer les frais de pressing du responsable politique britannique. 

Paul Crowther, 32 ans, devra payer au total 350 livres (391 euros) à titre de compensation, le micro que portait Nigel Farage au moment de l'incident ayant été endommagé.

L'attaque au milk-shake, parfum banane/caramel salé, s'était produite le 20 mai en pleine campagne pour les élections européennes.

Alors qu'il marchait, accompagné par son équipe, dans le centre-ville de Newcastle (nord-est de l'Angleterre), Nigel Farage avait été pris pour cible par Paul Crowther qui, d'un geste rapide et précis, avait lancé le contenu d'un verre en plastique sur le populiste europhobe.

La photo de M. Farage, furieux et dégoulinant de lait, le costume partiellement souillé, avait fait la une de la presse britannique, la vidéo faisant un tabac sur les réseaux sociaux.

"Je ne savais pas que (Nigel Farage) était en ville. J'ai pensé que c'était ma seule chance (de l'avoir)", avait déclaré le jeune homme au moment de son interpellation. "La bile et le racisme qu'il crache dans ce pays sont beaucoup plus dommageables que du milk-shake sur le visage".

A l'audience, le juge Bernard Begley a reproché au jeune homme un acte d'une "stupidité grossière", le procureur James Long insistant de son côté sur l'élément psychologique de l'agression.

"Je suppose que pendant la fraction de seconde où l'attaque a eu lieu, M. Farage ne savait pas s'il s'agissait d'un liquide inoffensif ou de quelque chose, vu le contexte actuel, de beaucoup plus sinistre", a-t-il souligné.

Sur Twitter, Nigel Farage avait mis cette agression sur le dos des opposants au Brexit qui "se sont radicalisés, au point qu'il est devenu impossible de mener une campagne normale".

Le Parti du Brexit de M. Farage est arrivé largement en tête du scrutin européen du 23 mai avec 31,6% des suffrages, loin devant les conservateurs de la Première ministre démissionnaire Theresa May (5e avec 9%).