Monde

L'intervention policière mercredi après-midi dans un lycée de Mulhouse (Haut-Rhin) était "très clairement due à une fausse alerte" à la bombe, a indiqué à l'AFP la procureur de la République de la ville, Edwige Roux-Morizot.

Les policiers, qui avaient également reçu un appel évoquant des "individus armés" dans les toilettes du lycée professionnel Roosevelt, situé dans le centre de Mulhouse, ont entièrement fouillé, étage après étage, l'établissement après l'avoir fait évacuer mais "rien n'a été retrouvé", a indiqué la magistrate.

"Il n'y a plus d'inquiétude à avoir", "il s'agit de deux fausses alertes", a-t-elle ajouté, soulignant qu'une enquête allait être diligentée afin d'en retrouver l'auteur.

Dans un communiqué, le préfet du Haut-Rhin, Laurent Touvet, a quant à lui dénoncé "le comportement irresponsable de l'auteur de cette fausse alerte".

Le lycée, qui accueille environ 500 élèves, et la police avaient reçu des appels, l'un évoquant une bombe dans l'établissement, l'autre affirmant qu'un "groupe de plusieurs individus qui seraient armés" se serait retranché "dans les toilettes", a expliqué Mme Roux-Morizot.

Les forces de l'ordre, lourdement armées, sont rapidement intervenues afin d'évacuer le lycée et mettre en sécurité les élèves et les personnels de l'établissement, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Après l'évacuation de la plupart des élèves, "deux classes ont été confinées par les enseignants mais elles ont pu quitter à leur tour l'établissement", a déclaré à l'AFP le préfet du Haut-Rhin.

Un périmètre de sécurité avait été déployé autour du lycée, selon un photographe de l'AFP sur place.