A l'instar de dizaines de civils, Natalia Usmanova a été évacuée de la ville de Marioupol. Elle s'y trouvait dans le complexe sidérurgique d'Azovstal. Là-bas, Natalia et d'autres civils étaient placés dans les bunkers de l'ère soviétiques, toujours bombardés par l'armée russe.

L'Ukrainienne de 37 ans raconte: “Je craignais que le bunker ne résiste pas - j’avais une peur terrible. Lorsque le bunker a commencé à trembler, j’étais hystérique, mon mari peut en témoigner. J’avais tellement peur qu’il s’effondre.”

Natalia raconte que tous les civils évacués avaient peur et certains manquaient d'oxygène. “Vous ne pouvez tout simplement pas imaginer ce que nous avons vécu. C'était la terreur. J’ai vécu là-bas, j’y ai travaillé toute ma vie, mais ce que nous avons vu était tout simplement terrible”, a-t-elle confié à la BBC. 

Natalia et les autres ukrainiens ont finalement été évacués en bus dans un convoi organisé par l'Onu et la Croix-Rouge.