Selon un message diffusé sur son compte Facebook par ses proches, M. Navalny a été pesé comme l'exige le règlement pénitentiaire au début de sa grève de la faim annoncée mercredi. "Il est arrivé à la colonie à 93 kg, maintenant il en pèse 85", relèvent-ils.

"Il associe lui-même cette perte de poids principalement au fait qu'on ne le laisse pas dormir et qu'il est réveillé huit fois par nuit" par les gardiens, poursuivent les auteurs du message.

Les craintes pour la santé du principal détracteur du Kremlin, qui souffre déjà de fortes douleurs au dos et d'une perte de sensibilité aux jambes et qui a survécu à une tentative d'empoisonnement il y a moins d'un an, sont grandissantes.

Alexeï Navalny affirme que l'administration pénitentiaire lui refuse l'accès à un médecin et à des médicaments et le "torture" en le privant de sommeil la nuit.

"Le médecin n'a toujours pas le droit de le voir, il n'y a pas de diagnostic", a déploré son équipe.

L'administration pénitentiaire a quant à elle balayé ces inquiétudes, assurant mercredi que l'opposant recevait "toute l'assistance médicale nécessaire" et que personne ne troublait son sommeil.

Le Kremlin a pour sa part dit n'avoir "aucun commentaire" à faire.