Il s'agit là d'un chiffre provisoire susceptible d'augmenter à mesure que les travaux de séquençage progressent.

"Jusqu'à présent, 60 personnes ont été testées positif avec un test PCR et quatre autres avec un test rapide", ont indiqué les services de la ville d'Oslo dans un courriel à l'AFP.

"Dix-sept sont probablement (des cas du variant) Omicron mais pas encore confirmés. Jusqu'à présent, un cas d'Omicron a été confirmé par le séquençage".

Entre 100 et 120 personnes, dont l'une s'était récemment rendue dans le sud de l'Afrique, s'étaient réunies dans un restaurant d'Oslo vendredi dernier dans le cadre d'un repas de Noël organisé par leur employeur, le producteur d'énergie solaire Scatec.

"Toutes avaient été vaccinées, aucune ne présentait de symptômes et elles avaient toutes réalisé un autotest" avant le repas, a indiqué à l'AFP une responsable des autorités sanitaires municipales, Tine Ravlo.

"Tout avait été fait en règle et aucune règle n'a été violée", a-t-elle souligné.

Aucun des convives ayant été testé positif n'a, à ce stade, développé de forme grave de la maladie, selon Mme Ravlo. La plupart présentent des symptômes légers sous forme de maux de tête, inflammation de la gorge, toux, a-t-elle précisé.

Les suspicions liées au variant Omicron sont apparues après un screening de certains tests, lesquels n'ont pas encore tous été analysés. Cela signifie que le nombre de cas confirmés du nouveau variant est susceptible d'augmenter.

Des résultats supplémentaires sont attendus dans la journée de vendredi.

Jeudi, après l'apparition de ce foyer présumé de variant Omicron, le gouvernement norvégien avait annoncé une série de restrictions sanitaires à Oslo et dans sa région, lesquelles sont entrées en vigueur à minuit (23H00 GMT).