Après une pause dans la nuit afin d'améliorer l'environnement olfactif pour les chiens de sauvetage, les recherches ont repris en début de matinée mais sont restées vaines dans la journée.

"C'est une opération de sauvetage et nous continuons de rechercher des survivants", a déclaré le responsable des opérations, Roger Pettersen, lors d'un point de presse en début de soirée. Les recherches doivent se poursuivre dans la nuit, a-t-il précisé. Localité de près de 7.000 habitants à 25 kilomètres au nord-est d'Oslo, Gjerdrum a été le théâtre aux petites heures du 30 décembre d'un glissement de terrain dévastateur qui a emporté neuf bâtiments comprenant une trentaine de logements.

Dans un enchevêtrement de débris, de terre et de neige, les secours ont depuis retrouvé les corps de sept des dix personnes portées disparues.

Toutes ont été identifiées dont une fillette de deux ans, son père et, depuis lundi, sa mère, enceinte.

Le froid hivernal qui s'est installé dans la région, avec des températures approchant les -10°C, amenuise les chances de retrouver des survivants.

"Nous savons que si une personne est coincée sous un bâtiment effondré mais a de l'air, une isolation et à boire, elle peut survivre très longtemps", a fait valoir un responsable des pompiers, Morten Thoresen.

"Il est clair que le froid joue contre nous, c'est un site complexe et nous ne savons pas exactement où se trouvent les disparus", a-t-il ajouté.

Le désastre a aussi fait dix blessés et provoqué l'évacuation de plus d'un millier de personnes, dont certaines ont pu, depuis, regagner leur domicile.