Monde

Child Focus, le Délégué général aux droits de l'Enfant Bernard De Vos ainsi que le Vlaamse kinderrechtencommissaris réclament mercredi soir, dans une lettre ouverte, le rapatriement d'urgence des enfants belges présents en Syrie, alors que l'armée turque a lancé une offensive dans le nord de la Syrie. 

Cette région est contrôlée par les Kurdes qui y détiennent dans des camps de nombreux djihadistes du groupe terroriste Etat Islamique, notamment belges, et leurs enfants. "Nous, Child Focus, le Kinderrechtencommissaris et le Délégué général aux droits de l'enfant, vous exhortons à considérer l'état d'urgence dans cette région et à rapatrier le plus rapidement possible tous les enfants belges, identifiés et localisés. Sans exception", écrivent-ils dans cette lettre ouverte adressée au gouvernement fédéral.

"Il y a plus de deux ans, le gouvernement belge déclarait avoir pris la décision de rapatrier tous les enfants de moins de 10 ans et, pour les enfants plus âgés, leur rapatriement pourrait se faire au cas par cas. Depuis cette décision de principe, seuls six enfants, non-accompagnés ou orphelins, ont été rapatriés, heureusement sains et saufs", déplorent-ils. "Nous rejoignons les inquiétudes qui vous ont été relayées par plusieurs députés fédéraux. Nous ajoutons à leurs considérations légitimes de sauvegarde de notre sécurité, celles relative à la sauvegarde et à la protection de ces enfants de combattants, malheureuses victimes d'une guerre qui ne les concerne pas."

"Nous vous demandons avec insistance d'agir seul ou en concertation avec les pays européens concernés tels que la France et les Pays-Bas afin de veiller à rapatrier les enfants concernés dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions de sécurité", réclament-ils.

Child Focus, le Kinderrechtencommissaris et le Délégué général aux droits de l'enfant suggèrent enfin "d'agir, à partir du Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour élaborer une alliance entre les partenaires de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant pour que les enfants Syriens et Irakiens, notamment, soient aidés à sortir de l'enfer dans laquelle leur existence est chaque jour plongée."