"On va reprendre le pouvoir!", a scandé la foule pendant que la police tentait de calmer la manifestation qui, en vertu du régime d'urgence en vigueur n'était pas légale, la loi lettone n'autorisant que des rassemblements ne dépassant pas 20 personnes.

"Le gouvernement n'arrête pas d'imposer et de modifier les règles anti-Covid (...) mais la situation ne s'améliore pas, ce qui soulève la question de savoir si les responsables savent vraiment ce qu'ils font", a déclaré à l'AFP l'un des protestataires.

Les gens ont protesté aussi contre le président Egils Levits soupçonné d'utiliser de l'argent public pour équiper sa résidence d'un piano jugé très cher. Des protestataires ont fait venir plusieurs pianos au rassemblement, dans l'intention de les offrir en "cadeau au président Levits".

Un policier a été blessé écrasé par un piano.

Quatre manifestants ont été arrêtés, selon la police.