Le chef adjoint du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a affirmé mercredi qu'il n'y avait pas d'accord sur une prolongation de 72 heures du cessez-le-feu avec Israël dans la bande de Gaza, qui doit expirer vendredi.

"Il n'y a pas d'accord pour prolonger le cessez-le-feu", a écrit Abou Marzouk sur son compte Twitter. Il fait partie d'une délégation de Palestiniens qui participent à des pourparlers indirects avec Israël au Caire. Israël avait annoncé mercredi être prêt à prolonger la trêve pour une durée illimitée.

Un responsable palestinien a précisé mercredi soir que les Palestiniens n'avaient pas été informés qu'Israël acceptait une telle prolongation du cessez-le-feu que le Hamas liait, en fait, à des progrès dans les négociations au Caire.

Cependant des membres palestiniens de la délégation dans la capitale égyptienne avaient décrit plus tôt mercredi les négociations comme étant "sérieuses et détaillées".

Israël avait accepté que le cessez-le-feu observé depuis mardi dans la bande de Gaza soit prolongé sans condition et sans limite dans le temps, au-delà de son expiration prévue vendredi, avait dit un haut responsable.

"Israël ne voit aucun problème à ce que le cessez-le-feu soit prolongé sans condition", avait dit ce responsable à l'AFP sous couvert de l'anonymat. Interrogé sur la durée de cette prolongation, il avait précisé qu'elle pouvait être illimitée.

Israël et le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, observent depuis mardi 8H00 dans le territoire dévasté un cessez-le-feu censé durer 72 heures, le temps que leurs délégations envoyées au Caire essaient de s'entendre par l'entremise de l'Egypte sur une trêve plus durable.