Monde

Valérie Trierweiler n’a pas apprécié, mais alors là pas du tout, de voir toutes les données la concernant effacées du jour au lendemain du site internet de l’Élysée.

Photos (600 clichés), présence lors des manifestations officielles, fiche biographique : tout a disparu, ou presque, quelques heures seulement après le communiqué de François Hollande à l’Agence France Presse annonçant la séparation du couple.

"Elle n’a pas été prévenue, elle trouve le procédé un peu radical et estime que cela manque d’élégance", assure une de ses amies.

L’ex-Première dame, revenue mercredi de son voyage humanitaire en Inde, cherche désormais à récupérer les centaines de lettres de soutien reçues après son départ du Palais. Elle assure notamment ne pas avoir réceptionné le "petit mot" que Bernadette Chirac lui a fait parvenir après son hospitalisation à la Pitié-Salpétrière.

"Elle souhaite que son courrier soit au moins acheminé à son domicile de la rue Cauchy dans le XVe arrondissement. Mais pour l’instant, elle se heurte à un silence glacé de l’Élysée", affirme une proche de la journaliste de Paris-Match.