Les fortes chutes de neige causées par la tempête, que les météorologues néerlandais ont nommé "Darcy", se sont arrêtées lundi, mais les Pays-Bas font toujours l'objet de différentes alertes météorologiques.

Les écoles primaires, fermées à la mi-décembre dans le cadre des restrictions les plus sévères qu'ont connues les Pays-Bas depuis le début de la pandémie, ont été autorisées à rouvrir lundi.

Mais des dizaines d'écoles de la capitale Amsterdam, de la ville portuaire de Rotterdam, d'Utrecht et d'autres villes sont restées fermées, principalement en raison des difficultés de transport, a rapporté la chaîne de télévision publique NOS.

Le trafic ferroviaire, interrompu dimanche, reprenait lentement son cours, tandis que la circulation routière restait perturbée, avec notamment une autoroute dans le centre du pays partiellement fermée en raison de la neige et du gel.

L'agence néerlandaise des infrastructures a signalé 450 accidents depuis le début du week-end.

Le temps glacial devrait se poursuivre cette semaine, avec des prévisions oscillant entre -6°C en journée et -11°C la nuit.

Les températures négatives ont fait naître l'espoir que les célèbres canaux néerlandais gèlent aux alentours de jeudi, dans ce pays très friand de patinage sur glace.

Selon les médias néerlandais, de nombreux magasins ont déjà épuisé leurs stocks de patins, achetés en prévision d'une éventuelle opportunité de ce type, qui serait la première depuis 2018.

Les espoirs de pouvoir organiser, pour la première fois depuis 1997, une course mythique de patinage de vitesse très appréciée aux Pays-Bas se dessinaient également.

Les autorités néerlandaises ont toutefois exclu jusqu'à présent la tenue de cette épreuve de 200 kilomètres même si les conditions météorologiques sont réunies, en raison des restrictions liées au coronavirus.

La tempête "Darcy", qui a aussi causé des perturbations en Allemagne dimanche, traverse désormais la mer du Nord en direction du Royaume-Uni.