Monde

L'annonce de la marque pourrait être une opération de communication

PARIS Le feuilleton Carambar ne fait que commencer et ne semble pas prêt de se terminer. La ville de Marcq-en-Baroeul, dans le nord de la France, connue pour être le "berceau historique" des Carambar, a lancé vendredi une pétition sur les réseaux sociaux appelant à la mobilisation contre la disparition des blagues sur les emballages de ces confiseries. "Cet après-midi, on a mis en place sur notre page Facebook une pétition invitant les internautes à se mobiliser contre l'abandon de cette blague qui fait partie pour nous du patrimoine génétique du Carambar", a déclaré sans rire Sophie Rocher, adjointe au maire chargée de la culture.

Le Carambar a été créé en 1954 à Marcq-en-Baroeul, dans la banlieue de Lille, et continue d'y être fabriqué. L'usine, qui produit un milliard de Carambar par an et emploie 180 salariés, appartient à Mondelez International, regroupant depuis 2012 les activités snacks de Kraft Foods.

"Le maire a reçu il y a une dizaine de jours le patron marcquois qui ne l'a absolument pas tenu au courant de ce souhait de retirer la blague. On est assez étonné", a souligné Mme Rocher.

"C'est vrai que c'est des blagues potaches", a-t-elle reconnu. "Qu'est-ce que se racontent deux laitues? Eh bien, c'est des salades: c'est aussi bête que cela, mais ça fait toujours rire", assure-t-elle... en riant cette fois.
"C'est des choses faciles à comprendre, +y compris pour les enfants+, remplacer ça par des questions sur la culture, c'est idiot", a-t-elle affirmé.

La marque Carambar avait annoncé jeudi soir la disparition des blagues sur les emballages, remplacées à partir de la mi-avril par des petits quizz ou problèmes mathématiques "ludo-éducatifs".

Mis bout à bout, le milliard de Carambar fabriqués chaque année à Marcq-en-Baroeul, représente 80.000 kilomètres, soit deux fois le tour de la terre. Et là, il ne s'agit pas d'une blague.

© La Dernière Heure 2013