L'ex-acheteur d 'Affaire conclue et collectionneur de Napoléon était l'invité du Live de Bruce Toussait ce mardi matin, sur BFM TV.

Après Touche pas à mon poste lundi soir, Pierre-Jean Chalençon était l’invité du Live de Bruce Toussait sur BFM TV ce mardi matin. Un direct pour dire la vérité après trois jours de calomnies, avait indiqué l’ex-acheteur vedette d’Affaire conclue.

Durant l’entretien, il s’est défendu d’avoir organisé quoi que ce soit et d’avoir reçu des ministres lors du repas qui lui est reproché. Voilà qui contraste avec ce qu'il a confié à Hanouna la veille. Il évoque cette fois-ci un “énorme poisson d’avril” monté ensuite en épingle par la rédaction de M6 qui le cible parce que c’est une grande gueule et qu'il est connu. "C'est le plus gros poisson d'avril de ces 10 dernières années. Un poisson d'avril qui a marché. Je ne pensais pas qu'il marcherait à ce point-là", a-t-il dit.

Il reconnaît avoir reçu 9 à 12 personnes dans son palais Vivienne pour ce qu’il appelle “une sorte de dîner ‘zéro’ afin de préparer des visites" des lieux à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte. "Une soirée pour prendre des photos afin de montrer (l’habitation) aux entreprises", a-t-il insisté. "Si on ne peut plus avoir de l’humour. C'était une blague. La France entière me connaît, sait que j'ai beaucoup d'humour, que je rigole. En attendant, je ne reçois pas de ministres, quand je reçois un copain ou une copine, c'est le maximum".

À la fin de l’interview, alors que Bruce Toussaint lui faisait remarquer que sur les images de M6, les personnes présentes ne sont pas masquées, Pierre-Jean Chalençon a rétorqué qu’il y avait des dizaines de litres de gel hydroalcoolique chez lui et qu’il porte le masque, sauf pour manger. Il s’est ensuite emporté lorsque Bruce Toussaint insisté sur le fait qu'il ne portait pas de masque sur les images tournée en caméra cachée par M6. “Écoutez, mon palais fait 8 mètres de hauteur sous plafond. On n’est pas en dictature, merde! Je suis là pour l'histoire.” au moment d’évoquer la situation vécue par des nombreux professionnels.

Pour lui, ce n’est qu’une tempête dans un verre d’eau que l’on essaye de monter en affaire d’État.

Dimanche, en fin de journée, le procureur de la République Rémy Heitz a annoncé l’ouverture d’une enquête pour “mise en danger d’autrui et travail dissimulé”.