Trois fois plus de personnes ont ainsi tenté la traversée par rapport au mois de mai de l'année passée. Rien que la semaine dernière, 685 personnes sont arrivées au Royaume-Uni en cinq jours. Le gouvernement britannique applique une politique d'asile très stricte, espérant décourager de cette manière les candidats à la traversée. Les migrants arrivés illégalement sur le sol anglais n'ont ainsi plus le droit d'y demander l'asile mais seraient renvoyés au Rwanda où ils peuvent demander l'asile en vertu d'un récent accord entre les deux pays.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a fustigé pour sa part ce plan. "L'envoi d'argent à l'étranger ne remplace pas la responsabilité des États d'accueillir et de protéger les demandeurs d'asile sur leur territoire, quelles que soient leur origine, leur nationalité ou la manière dont ils sont entrés dans le pays", a écrit l'organisation sur Twitter.