"Factuellement il y a un mort, un corps sur la voie", a déclaré à l'AFP le chef de la Direction départementale de la sécurité publique du Nord, Thierry Courtecuisse.

"Une personne est décédée, électrisée sur le wagon de fret. Quatre autres personnes ont été transportées à l'hôpital, blessées légèrement, plutôt choquées qu'autre chose", a déclaré le contrôleur général des pompiers du Nord, Gilles Grégoire, précisant qu'il s'agissait du "bilan définitif", les déblais du wagon ayant été fouillés.

Le quatrième "blessé" est un employé de la SNCF, "surtout choqué", tandis que deux sapeurs-pompiers ont aussi été légèrement blessés, selon les pompiers.

Selon le procureur de Valenciennes, Jean-Philippe Vicentini, présent sur place, les victimes sont toutes de nationalité érythréenne. "Ce sont des migrants, qui pourraient être mineurs", a-t-il ajouté.

"Apparemment, celui qui est décédé serait monté sur le wagon et aurait déclenché l'arc électrique", a précisé le magistrat.

Le feu était maîtrisé en début de soirée.

Selon le maire de Valenciennes, Laurent Degallaix, le train devait "repartir pour Calais", où des centaines de migrants affluent pour tenter de passer en Angleterre.

"Mort sur le coup"

"Des migrants se sont infiltrés et sont montés sur le wagon qui était bâché. Le premier qui est monté a fait fil conducteur, avec arc électrique, et le wagon a pris feu", a-t-il expliqué à l'AFP.

Le premier migrant à être monté "a été projeté au sol et est mort sur le coup", a-t-il ajouté. "Ses camarades ont été blessés."

L'incendie s'est déclenché dans un wagon contenant des pneus, ce qui a provoqué une impressionnante colonne de fumée, avec, selon les pompiers, un "fort risque de propagation à deux wagons frigorifiques et un TER".

La SNCF a pour sa part fait part d'un incendie "accidentel", précisant que la gare avait été évacuée et le trafic interrompu.

"Les quais de gare sont abîmés, le train à côté est abîmé, la gare fermée jusqu'à demain", a précisé M. Degallaix.

Le préfet du Nord, Georges-François Leclerc, s'est rendu sur place, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des pompiers avaient aussi monté une tente devant un véhicule sanitaire à l'extérieur de la gare, autour duquel un périmètre de sécurité a été instauré.

Plusieurs riverains, qui ont entendu de multiples explosions, ont partagé leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux.


D'autres migrants ont, ces derniers mois, trouvé la mort sur des voies ferrées dans les Hauts-de-France. Un migrant soudanais a ainsi été tué le 1er mars, percuté par un train près de Calais, alors qu'il marchait le long de la ligne de chemin de fer. Le 4 novembre dernier, un train avait percuté un groupe de quatre migrants qui circulaient sur les voies entre Dunkerque et Calais, faisant un mort, un blessé grave et deux blessés plus légers.

Les tentatives de traversées par la mer vers l'Angleterre ont quant à elle fait 38 morts en 2021, selon un bilan de la préfecture maritime et un candidat à l'exil est décédé en mer en janvier.