Selon la cheffe de la police de Sacramento, Kathy Lester, vers 02H00 du matin, "une grande bagarre" a eu lieu dans le centre-ville, avant que résonnent des coups de feu.

Au moins une arme, volée, a été récupérée sur les lieux par les enquêteurs, qui ont confirmé que plusieurs personnes avaient fait feu lors de l'incident.

Mme Lester a décrit une "foule" présente sur les lieux avant le drame. "On ne sait pas si cela venait d'une boîte de nuit ou d'une soirée."

Selon plusieurs médias, la rixe a éclaté à l'extérieur du London, une boîte de nuit ouverte en 2019. Au moins une des personnes tuées dimanche s'était rendue au London, selon le quotidien Sacramento Bee.

Plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux mais dont l'authenticité n'a pu être établie montrent une empoignade impliquant plusieurs personnes, suivie d'une série de détonations qui évoque une arme automatique.

Des témoins, interrogés par des médias locaux, ont également mentionné des tirs rapprochés rappelant ce type d'arme.

Sollicité par l'AFP, le London n'a pas donné suite.

Six personnes sont décédées sur place, dont trois hommes et trois femmes tous adultes, et douze autres ont été blessées, selon la police, qui n'a rien précisé des circonstances du drame.

Parmi les personnes hospitalisées, certaines sont "sérieusement blessées", en état "critique", a annoncé le maire de la ville, Darrell Steinberg, durant une conférence de presse.

"Nous demandons au public de nous aider à identifier des suspects et de fournir toute information qui nous permettrait de faire la lumière" sur cette affaire, a exhorté la cheffe de la police, précisant qu'aucun suspect n'avait encore été interpellé.

Au moins une arme a été retrouvée sur les lieux par les enquêteurs, selon les autorités.

Les autorités ont encouragé la population à éviter la zone, délimitée par un cordon et où une forte présence policière a été déployée.

"C'était horrible"

"C'était horrible", a raconté, à la chaîne locale KXTV, Berry Accius, un militant associatif arrivé sur les lieux quelques minutes après la fusillade.

Il a décrit des "victimes couvertes de sang, des gens qui hurlaient, qui pleuraient, d'autres qui demandaient où étaient leur frère ou des mères qui cherchaient à identifier leur fils".

"Il est difficile de concevoir le nombre des morts et des blessés", a commenté M. Steinberg. "Ce matin, notre ville a le coeur brisé."

Les fusillades dans des lieux publics sont fréquentes aux Etats-Unis, que ce soit dans des établissements scolaires, centres commerciaux ou supermarchés.

Selon le programme Small Arms Survey, il y avait, en 2017, environ 393 millions d'armes aux Etats-Unis, soit plus que d'habitants.

Le droit de posséder des armes est garanti par la Constitution.

Plusieurs initiatives d'élus pour renforcer la législation sur les armes ont échoué au Congrès, où le puissant lobby des armes NRA exerce une forte influence.

"La montée de la violence par arme à feu est le fléau de notre ville, de notre Etat et de notre Nation, et je soutiens toutes les mesures pour la réduire", a déclaré Darrell Steinberg.

"Combien faudra-t-il de tragédies avant que nous ne traitions la maladie de ce pays?", a-t-il martelé. "Soyons honnête, c'est une maladie."

L'édile a notamment appelé à l'interdiction des armes automatiques.

"Nous ne pouvons pas laisser la violence par arme à feu devenir quelque chose de normal", a abondé le gouverneur démocrate de Californie, Gavin Newsom.

Depuis le début de l'année 2022, le site Gun Violence Archive a recensé plus de 10.700 morts par arme à feu aux Etats-Unis, suicides inclus. Sur toute l'année 2021, le nombre est de 45.000 morts, selon le même site.