Il a par ailleurs réitéré des affirmations non prouvées selon lesquelles une fraude électorale a entaché l'élection présidentielle du mois de novembre et s'en est pris au chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, rapporte The Washington Post.

Donald Trump, qui est resté dans l'ombre depuis son départ de la Maison Blanche et son exclusion du réseau social Twitter après les émeutes au Capitole, a entres autres attaqué l'épidémiologiste américain Anthony Fauci dans son discours. D'après un auditeur, Trump aurait dit que Fauci n'était respecté que parce qu'il s'est toujours montré critique envers l'ancien président.

Donald Trump s'est ensuite atrribué le mérite d'avoir développé un vaccin contre le coronavirus. "Ils devraient l'appeler 'Trumpcine", a-t-il déclaré. Il a également fait l'éloge de la gestion de la pandémie par son gouvernement, bien qu'il soit resté partculièrement silencieux sur les plus d'un demi-million de morts du coronavirus aux Etats-Unis. Depuis la campagne de vaccination massive, qui a débuté après la passation de pouvoir à Washington, le nombre d'infections et de décès a sensiblement diminué.

L'ancien président a en outre accusé le leader des républicains au Sénat Mitch McConnell - pourtant longtemps un de ses alliés fidèles mais qui ne l'a pas soutenu dans ses accusations de fraude électorale - de ne pas avoir assez fait pour qu'il reste à la Maison Blanche. "Si c'était Schumer, au lieu de cet 'enfoiré stupide' de McConnell, cela ne se serait jamais produit", a dit Trump, faisant référence au chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. "Ils l'auraient contesté", a-t-il souligné.