"Je vois le président ukrainien être applaudi debout par tous les Parlements (du monde). Mais ce type est aussi responsable que Poutine. Une guerre n'a jamais un seul coupable", a déclaré le favori de la présidentielle d'octobre au Brésil.

"Il voulait la guerre. S'il n'en voulait pas, il aurait négocié un peu plus", a-t-il ajouté.

Lula a également jugé le comportement de M. Zelensky "étrange": "on dirait qu'il fait partie d'un spectacle. Il est à la télé matin, midi et soir, au Parlement anglais, français, allemand, comme s'il était en campagne. Il devrait être plus préoccupé par la table des négociations".

L'icône de la gauche brésilienne a accusé par ailleurs les puissances occidentales d'"inciter à la haine contre Poutine".

"Si on stimule Zelensky, lui-même pense qu'il est le meilleur. En fait, il aurait fallu lui dire sérieusement: 'mon gars, tu es un bon humoriste, mais on ne va pas faire une guerre pour que tu puisses te donner en spectacle'. Et dire à Poutine. 'Tu as plein d'armes, mais tu n'as pas besoin de les utiliser contre l'Ukraine. Allons discuter!'", a-t-il insisté.

Lula, 76 ans, qui a présidé le Brésil durant deux mandats, de 2003 à 2010, pointe du doigt le président américain Joe Biden qui, selon lui, n'a "pas pris la décision correcte" au sujet du conflit en Ukraine.

"Les États-Unis ont un poids très important et auraient pu éviter le conflit (...). Biden aurait pu participer davantage, il aurait pu prendre l'avion pour Moscou et parler à Poutine. C'est ce genre d'attitude qu'on attend d'un leader", a lancé le Brésilien.

L'Onu en a également pris pour son grade. "Il est urgent de créer une nouvelle gouvernance mondiale. L'Onu ne représente plus rien, elle n'est plus prise au sérieux par les dirigeants. Poutine a envahi l'Ukraine de façon unilatérale, sans consulter l'Onu", a-t-il déploré.

Dès le début de la guerre en Ukraine, la gauche brésilienne a eu une position ambiguë, condamnant d'une part l'invasion russe, mais tenant d'autre part l'Otan pour responsable.