L'annonce, faite par une lettre du président de l'université Lawrence Bacow aux étudiants, professeurs et employés de l'institution fondée en 1636 à Cambridge (Massachusetts, nord-est), s'inscrit dans un vaste mouvement universitaire ces dernières années de reconnaissance et de réparation de l'esclavage aux Etats-Unis, aboli officiellement par le 13ème amendement de la Constitution en décembre 1865.

Mais, reconnaît M. Bacow, "l'esclavage et son héritage font partie de l'histoire américaine depuis plus de 400 ans. Le travail de réparation de ses effets persistants va nécessiter nos efforts soutenus et ambitieux pour les prochaines années".

Harvard va donc consacrer 100 millions de dollars à un fonds qui doit financer des travaux de recherche, d'éducation et de mémoire sur le racisme et l'esclavage du 17ème au 19ème siècle aux Etats-Unis.

Cette décision fait suite à un rapport d'un comité de l'université qui émet des recommandations quant à la manière de "réparer" financièrement l'exploitation sur des dizaines de générations de millions de personnes déportées de force de l'Afrique et de l'Europe vers l'Amérique. A Harvard en particulier, aux 17ème et 18ème siècles, plusieurs membres et présidents ont directement réduit en esclavage plus de 70 personnes - afro-américaines et amérindiennes - jusqu'à ce que cela soit déclaré illégal dans le Massachusetts en 1783.