La mystérieuse mallette rouge pourrait-elle tirer Boris Johnson d'affaire ? C'est ce que suggèrent certains membres de son parti.

Le Premier ministre britannique est en ce moment au coeur du "partygate", ce scandale des fêtes organisées au 10 Downing Street en plein confinement. Dernier épisode en date : des photos d'une fête à laquelle Boris Johnson aurait participé le 13 novembre 2020, alors que le Royaume-Uni subissait un deuxième lockdown et que les fêtes en intérieur étaient interdites. Les photos montrent Boris Johnson, un sourire aux lèvres, lever son verre. En face de lui, des snacks et boissons déposés une table. Et sur une chaise, juste à côté de lui, trône la fameuse mallette rouge dont il ne se sépare jamais.

Mais que contient vraiment cette petite valise rouge et, surtout, comment pourrait-elle sauver la peau de Boris Johnson ? Bien connue des Britanniques, qui lui ont donné le surnom de "red box", cette mallette rouge accompagne Boris Johnson où qu'il soit : en déplacement au Royaume-Uni comme à l'étranger, chez lui le soir ou au travail. Le système a été mis en place en 1860. Documents à signer ou à lire, briefings journaliers, etc. : la mallette rouge contient des documents adressés au Premier ministre britannique, renouvelés chaque jour. Seuls les papiers les plus importants se trouvent à l'intérieur de la mallette, monogrammée à l'effigie du monarque régnant. La Reine et les autres ministres en possèdent également une. Tout comme ses prédécesseurs, Boris Johnson l'a donc presque toujours avec lui.

Pour certains membres du parti de Boris Johnson, le fait que la mallette rouge apparaisse sur les images de la fête organisée au 10 Downing Street est un très bon signe. En effet, ils assurent que cela prouve qu'il n'était pas au courant de la soirée et qu'il avait rejoint les membres du personnel alors qu'il était en train de rentrer chez lui. Ceux-ci lui auraient donné un verre et il aurait posé la "red box" pour porter un toast.

"Je pense qu'il est passé par là pour lever son verre et dire merci à un membre du personnel de longue date qui s'en va", a déclaré le secrétaire d'État aux Transports, Grant Shapps. Il a également déclaré que le Premier ministre était "mortifié".

De quoi peut-être blanchir Boris Johnson aux yeux d'une partie des Britanniques... Le Premier ministre serait toutefois en train de préparer des excuses, après avoir déjà assuré devant le Parlement qu'il n'avait pas eu l'intention d'insister aux soirées lockdown.

Des messages Whatsapp qui posent problème

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la mallette se retrouve au cœur d'une polémique. Fin mars, des documents judiciaires confirmaient en effet que Boris Johnson recevait des informations sur des affaires gouvernementales importantes via Whatsapp. Ces communications, qui provenaient de la "red box", étaient envoyées sur son téléphone pour des raisons de "facilité administrative".

Pour Good Law Project et Foxglove, deux groupes juridiques de campagne militants, cette pratique représente un risque pour la sécurité. Ces derniers ont contesté l'utilisation du service de messagerie, affirmant qu'elle enfreignait la loi sur la conservation des documents publics.

Les juges ont cependant décidé que l'utilisation de Whatsapp n'avait pas brisé la loi. Le gouvernement a quant à lui qualifié ce procès de "gaspillage inutile de temps et d'argent du contribuable".