"Plus de 10 suspects" ont été arrêtés pour être interrogés dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, a annoncé lundi soir le ministère kényan de l'Intérieur. "Nous avons arrêté plus de 10 suspects pour interrogatoire, " a affirmé le ministère dans un bref message sur Twitter, qui ne donne pas de précision sur le lieu ou les circonstances de ces arrestations.

L'attaque revendiquée par les islamistes somaliens shebab, en cours depuis plus de 48 heures, a fait au moins 62 morts et autant de disparus, selon la Croix-Rouge kényane.

Dans un autre message, le ministère de l'Intérieur a indiqué que "trois terroristes avaient été tués", et d'autres blessés.


Six Britanniques tués

Six Britanniques ont été tués dans l'attaque, a annoncé le ministre de la défense Philip Hammond lundi soir à Londres. "Le nombre de victimes britanniques s'élève désormais à six", a déclaré Philip Hammond en ajoutant qu'il était "possible" de "trouver encore d'autres citoyens britanniques une fois que le centre commercial aura été entièrement sécurisé".

Le ministre de la Défense s'exprimait à l'issue d'une deuxième réunion de crise "Cobra" (Cabinet office Briefing Room A) présidée par David Cameron qui a écourté lundi un séjour au château écossais de Balmoral, à l'invitation de la reine.

Le Premier ministre britannique avait prévenu dès dimanche, alors qu'un premier bilan parlait de trois victimes britanniques, qu'il fallait s'attendre à "d'autres mauvaises nouvelles".


Un quatrième otage belge sauvé!

Stéphanie Smet, une Belge originaire de Beveren et qui effectuait un stage aux Nations Unies, a eu la peur de sa vie. D'après 7sur7, elle est restée plus de 5 heures dans un des magasins du centre commercial. 

"J'ai eu de la chance. Deux minutes avant l'attaque, j'étais dans la grande surface où des gens ont été pris en otage", écrit-elle sur Facebook.

Trois autres Belges ont été sauvés après l'intervention de l'armée.


Des otages libérés

La police kényane a affirmé avoir secouru plusieurs otages du centre commercial de Nairobi Westgate, tout en précisant que les affrontements se poursuivaient. "Nous venons juste de réussir à secourir quelques otages", a déclaré sur Twitter le chef de la police kényane, David Kimaiyo. "Nous gagnons de plus en plus de terrain sur les assaillants", a-t-il affirmé.


Les islamistes shebab prêts à tuer les otages!

Les insurgés islamistes somaliens shebab, qui ont revendiqué l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi, ont menacé lundi d'abattre les otages encore retenus par les assaillants. De fortes explosions et des tirs nourris, suivis de fumées noires, ont été entendus et vus par un journaliste de l'AFP posté près du centre commercial de Nairobi Westgate pris d'assaut par un commando islamiste. La quasi-totalité des otages retenus depuis samedi par un commando islamiste dans un centre commercial de Nairobi ont été libérés, a annoncé lundi le ministre kényan de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku. 

"Nous autorisons les moudjahidines à l'intérieur du bâtiment à agir contre les prisonniers," a déclaré le porte-parole des shebab, Sheikh Ali Mohamud Rage, dans une déclaration mise en ligne sur un site internet islamiste.

Les assaillants -- un commando islamiste -- sont retranchés depuis samedi dans le centre commercial, et détiennent un nombre indéterminé d'otages.

Dans leur message, les shebab affirment être en contact avec les agresseurs et dénoncent les tentatives d'intimidation de forces "d'Israël et d'autres gouvernements chrétiens" à l'encontre du commando.

"Nous disons à ces chrétiens qui avancent contre les moudjahidines d'avoir pitié de leurs prisonniers", a poursuivi le porte-parole, affirmant que ces otages "récolteraient les fruits de la pression exercée contre les moudjahidines".

Les forces kényanes ont lancé lundi à l'aube un nouvel assaut pour tenter de venir à bout du commando, plus de 40 heures après le début de l'attaque samedi.

Une intense fusillade et de fortes explosions ont été entendues par des journalistes de l'AFP présents sur place.


A Nairobi, des caméras de sécurité ont capté les premières heures de l'attaque 

Une douzaine d'assaillants ont pris d'assaut le centre commercial de Nairobi Westgate samedi, selon des images de caméras de sécurité visionnées par le quotidien kényan The Standard.

Les images confirment ce que des témoins avaient raconté: le commando islamiste, muni de grenades, fusils d'assaut et pistolets, est entré dans le centre commercial d'assaut par au moins deux points d'accès.

La plus grande partie des assaillants est passée par l'entrée principale, lançant des grenades et tirant des coups de feu sur les clients d'un café.

Un autre groupe a pénétré dans le bâtiment par le parking, tirant sur un garde avant de se diriger vers les étages supérieurs du parking, où une radio locale organisait une fête.

Immédiatement à leur arrivée, les islamistes ont lancé deux grenades dans la foule, mais une seule a explosé.

Selon des témoins également cités par le quotidien, les islamistes ont aussi forcé les personnes qui se trouvaient dans le centre commercial à réciter au moins le début de la Shahada, la profession de foi des musulmans. Ceux qui en était incapables étaient abattus, les autres épargnés.

Toujours selon le quotidien, le groupe entré par l'entrée principale est ensuite monté dans les étages, alors que ceux passés par le parking sont redescendus.

Les images de caméras de surveillance ont également montré des assaillants criblant de balles les portes de toilettes, après avoir apparemment découvert que de nombreuses personnes s'y étaient réfugiées.

Elles ont ensuite montré une partie des islamistes se retirant dans le complexe de cinéma du centre commercial, alors qu'un autre groupe prenait le contrôle du grand supermarché du bâtiment.


Un "commandant" shebab exclut de négocier 

Un homme présenté par la BBC comme un "commandant" des islamistes somaliens shebab a démenti lundi que des étrangers figuraient parmi les assaillants responsables de l'attaque d'un centre commercial à Nairobi et a affirmé qu'il n'y aurait pas de négociations. L'homme désigné sous le nom de "Abou Omar" a affirmé avoir discuté au téléphone avec les assaillants. "Il n'y aura pas de négociations" avec les autorités kényanes, a-t-il assuré à la BBC.

"Nous avons parlé aux Moudjahidine à l'intérieur de Westgate (nom du centre commercial, NDLR) et ils nous ont dit que le gouvernement kényan les exhortait de négocier et les incitait à venir à la table des négociations", a-t-il ajouté.

"Tout Moudjahidine (...) veut mourir au nom d'Allah pour devenir un martyr et c'est quelque chose qui déconcerte évidemment beaucoup d'Occidentaux", a-t-il estimé.

Par ailleurs, il a exclu la présence d'étrangers parmi les assaillants. "Il y a des rumeurs selon lesquelles des attaquants américains, britanniques et d'autres nationalités sont impliquées (...) Je peux vous affirmer que rien de tout cela n'est vrai. Ce sont des rumeurs infondées", a-t-il déclaré à la radio.


Les forces kényanes contrôlent le centre commercial, selon le ministère de l'Intérieur

Les forces kényanes contrôlent désormais le centre commercial Westgate de Nairobi, pris d'assaut samedi par un commando islamiste affilié aux insurgés somaliens shebab, a affirmé dans la nuit de lundi à mardi le ministère kényan de l'Intérieur. 

"Nous contrôlons le Westgate", a déclaré le ministère sur son compte Twitter. Le gouvernement kényan avait un peu plus tôt affirmé que tous les otages avaient probablement été évacués. L'attaque a fait, selon la Croix-rouge, au moins 62 morts.