En mars dernier, une plainte visant le ministre pour "prise illégale d'intérêts" avait été déposée. Cette plainte contre l'ancien avocat a été classée sans suite, selon les informations de franceinfo et BFMTV.

L'Union syndicale des magistrats (USM) avait sollicité la Cour de Justice de la République française car elle reprochait au garde des Sceaux d'avoir fait demander à l'Inspection générale de la justice un "examen de situation" de la cour d'appel de Cayenne.

Selon l'Union, cette demande vise une personne que Dupond-Moretti ne porte pas dans son cœur. L'inspection viserait selon eux la première présidente de la juridiction Marie-Laure Piazza avec qui Eric Dupond-Moretti a eu un "grave incident" quand il était avocat.

Au moment de la plainte, le ministère de la Justice avait indiqué qu'il comptait poursuivre l'USM pour "dénonciation calomnieuse". Il considérait cette plainte comme une "pure opération de communication politique dirigée contre l'exécutif."

Comme le rappelle encore franceinfo, Eric Dupond-Moretti est par ailleurs mis en examen pour "prise illégale d'intérêts" à la suite d'une autre plainte déposée par l'USM et le Syndicat de la magistrature en décembre 2020. Ils lui reprochent d'avoir profité de ses fonctions de ministre pour demander des enquêtes administratives contre trois magistrats du Parquet national financier (PNF) et contre un ancien juge d'instruction.